For quick login in and fast entrance.
M’enregistrer FAQ Connexion 
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 

Mar 29 Jan 2019 10:03

 Accidentologie aviation générale 2018
MessagePosté: Mar 29 Jan 2019 10:03 
Hors ligne
Observateur Avisé
Observateur Avisé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 07 Juin 2014 13:58
Le BEA vient de publier son rapport annuel

https://www.aerovfr.com/2019/01/acciden ... -chiffres/

_________________
Glider pilots do it better


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Aider le Site avec PayPal

Mar 29 Jan 2019 12:08

 Re: Accidentologie aviation générale 2018
MessagePosté: Mar 29 Jan 2019 12:08 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 14:15
Eagle34 a écrit:
Le BEA vient de publier son rapport annuel

https://www.aerovfr.com/2019/01/acciden ... -chiffres/


Image

Premiers chiffres concernant l’accidentologie de l’aviation générale l’an passé en France.

Le 19 janvier, Thierry Hespel, du Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la sécurité de l’Aviation civile (BEA) a dressé un premier bilan de l’an passé en matière d’accidentologie, lors d’une réunion de la Commission Prévention Sécurité. Les chiffres diffusés n’ont pas encore été totalement validés et il peut y avoir encore quelques légers écarts suite à des définitions différentes prises en compte en matière d’incidents et accidents par différents organismes, fédérations, etc. mais ils seront très proches de ceux-ci…

Une chose est sûr, l’année passée ne sera pas la meilleure, puisque le BEA souligne que 2018 a connu le « plus grand nombre d’accidents enregistré depuis 2015 ». Le vol moteur (avion) a notamment connu une forte hausse de ses accidents, passant de 86 en 2017 à 118 en 2018 (+32). Le vol à voile et les voilures tournantes (hélicoptères certifiés) connaissent un « plateau » de leurs statistiques, avec de faibles nombres. L’ULM demeure en première place par le nombre d’accidents, même si la FFPLUM annonce un accident de moins qu’en 2017 alors que la courbe du BEA ne va pas dans ce sens.

Au niveau des événements mortels, la présentation du BEA annonce 47 accidents mortels causant 74 décès pour les 5 disciplines concernées. La forte croissance des accidents mortels (47 en 2018 contre 33 en 2017) provient de l’avion. Parmi les accidents en ULM, 19 ont été mortels entraînant 24 décès, soit 5 de moins qu’en 2017 selon la FFPLUM. Pour le vol à voile, les décès de pilotes français seraient au nombre de 4.

Image

Pour le vol moteur, le BEA a relevé « deux accidents mortels singuliers », la collision en vol d’un avion largueur et d’un « wingsuit », le décès d’un passager lors d’un vol à sensation. Concernant 17 accidents mortels et 7 avec blessures graves (enquêtes toujours en cours), le BEA a noté 2 manoeuvres dangereuses, 3 passages en IMC suite à la « destinationite » (objectif destination), 2 pannes moteur au décollage, 5 cas liés à la maniabilité, la gestion des performances au décollage ou de la trajectoire en finale, 1 défaillance technique majeure, 1 approche GNSS et 4 cas où « aucun scénario n’est privilégié à cet instant ».

Le BEA souligne encore des « manoeuvres non nécessaires au vol », avec de la voltige à faible hauteur à proximité d’un rassemblement de personnes (2 morts), un passage basse hauteur au-dessus de la mer pour saluer des tiers sur la plage (2 morts). Au cours de la période 2004-2017, « 120 accidents sont survenus au cours de ce type de manoeuvre, dont 70 accidents mortels provoquant 120 décès soit 13,5% des morts en aviation générale sur la période étudiée ».

Ces évolutions à basse hauteur exposent le pilote à une augmentation du risque de collision avec des obstacles, la récupération d’une situation anormale ou inattendue peut être également compromise faute de marges suffisantes. Le BEA s’interroge sur les motivations des pilotes, leur conscience du risque. Recherche de sensations ? Ces « démonstrations vis-à-vis de tiers ont été réalisées aux deux-tiers avec un passager à bord, 20 accidents sont associés à un public précis identifié. Plus de la moitié des accidents concernaient le survol d’une maison, d’un aérodrome, d’un rassemblement de personnes ».

Côté gestion de la panne moteur, deux pertes de contrôle en montée initiale ont été enregistrées l’an passé, entraînant 4 morts et 2 blessés, pour un DR-400/180 en vol de baptême payant et un Tecnam P2002 en instruction double commande. Sur la période 2014-2017, une dizaine de pertes de contrôle ayant entraîné des blessures mortelles ou graves a été enregistrée.

Image

Le BEA rappelle que le décollage et la montée initiale constituent une phase de vol instable et dynamique à faible hauteur, avec une exposition accrue au risque de collision avec des obstacles, une exposition accrue au risque de perte de contrôle. Gare au « réflexe » du demi-tour avec la volonté de « sauver » l’avion… Il est souligné que le point le plus important est de « piloter l’avion jusqu’au bout », car le « niveau d’énergie à l’impact après décrochage entraîné un accident mortel dans 90% des cas ». 8 accidents, avec un maintien du contrôle de l’aéronef jusqu’à l’impact, n’ont entraîné « aucune blessure mortelle malgré des dommages très importants consécutifs au heurt d’obstacles ». ♦♦♦

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Sam 16 Fév 2019 09:26

 Re: Accidentologie aviation générale 2018
MessagePosté: Sam 16 Fév 2019 09:26 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 14:15
Citation:

........Des tendances difficilement explicables
Comme le souligne le BEA, au delà des enquêtes, les raisons pour lesquelles une année devient, en terme d’accidentologie, bonne ou mauvaise ne sont pas évidentes. Pour l’ULM, le nombre de décès avait doublé en 2015. Alors qu’en 2017, il y a eu globalement peu d’accidents mortels en aviation générale. L’an passé c’est au tour de l’avion de vivre une très mauvaise année.

L’impact météorologique (le beau temps qui inciterait à voler plus et donc faire augmenter les statistiques toutes catégories confondues) ne démontre pas de lien direct avec l’accidentologie puisque chaque année est différente d’une catégorie à l’autre. Le BEA, qui enquête seulement sur les accidents mortels, admet la difficulté à prendre du recul et de se positionner sur une analyse plus large. Une chose est certaine, le comportement humain reste et restera déterminant.

Jérôme Bonnard.


L’article complet ici: https://www.aerobuzz.fr/aviation-genera ... e-en-2018/

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Sam 16 Fév 2019 10:03

 Re: Accidentologie aviation générale 2018
MessagePosté: Sam 16 Fév 2019 10:03 
Hors ligne
Principicule de Taxiway
Principicule de Taxiway

Inscription: Ven 07 Nov 2014 10:42
Je n'ai pas souvenance de cet accident concernant la collision entre un avion largueur et un wingsuit . A-t-il été évoqué ici ?


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Sam 16 Fév 2019 10:16

 Re: Accidentologie aviation générale 2018
MessagePosté: Sam 16 Fév 2019 10:16 
Hors ligne
Novice Aérien
Novice Aérien

Inscription: Ven 06 Jan 2012 07:21
Je pense qu'il s'agit de l'accident de Bouloc en juillet 2018.

https://www.sudouest.fr/2018/07/28/un-parachutiste-meurt-heurte-par-l-avion-dont-il-venait-de-sauter-5269984-10407.php
Placé en garde à vue, le pilote de l’avion a été auditionné vendredi soir.

Un parachutiste est décédé vendredi à proximité de l’aérodrome de Bouloc (Tarn-et-Garonne) après avoir été heurté par l’avion duquel il venait de sauter, a indiqué la gendarmerie.
D’après les pompiers, l’homme, âgé de 40 ans, était un parachutiste chevronné. Une enquête a été ouverte afin de déterminer les circonstances de cet accident qui s’est produit en milieu de matinée.
Le pilote de l’avion en garde à vue
Selon La Dépêche, l’homme serait mort sur le coup : son corps a été retrouvé sans vie au sol par les secours.
Le quotidien indique que la victime a sauté de l’avion à 4 000 mètres d’altitude avec un ami, équipé d’une combinaison de swingsuit (des ailes permettant de planer). Son partenaire a atterri sans encombre.
Le pilote qui était aux commandes de l’avion et salarié de l’école de parachutisme de Bouloc, a été placé en garde à vue et auditionné vendredi soir. Un éthylotest de ce dernier a été pratiqué, mais les résultats n’ont pas encore été communiqués.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Sam 16 Fév 2019 10:21

 Re: Accidentologie aviation générale 2018
MessagePosté: Sam 16 Fév 2019 10:21 
Hors ligne
Principicule de Taxiway
Principicule de Taxiway

Inscription: Ven 07 Nov 2014 10:42
Merci de ces précisions .


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Flux RSS Flux RSS Liste des flux Liste des flux
0 Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO