For quick login in and fast entrance.
M’enregistrer FAQ Connexion 
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 

Mar 02 Avr 2019 08:19

 Airbus: 36,8 millions d’euros pour Tom Enders
MessagePosté: Mar 02 Avr 2019 08:19 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 15:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
Citation:
Airbus : un « parachute doré » de 36,8 millions d’euros pour Tom Enders.

Proxinvest, première agence française d’analyse de gouvernance, a calculé l’enveloppe globale que touchera le président exécutif de l’avionneur lorsqu’il quittera son poste le 10 avril.

La saison 2019 des assemblées générales (AG) du CAC 40 n’en finit pas de réserver des surprises. Le 21 mars, BFM Business révélait le montant exorbitant (14 millions d’euros) du « paquet » versé au président exécutif de TechnipFMC, Thierry Pilenko (61 ans), alors que la société d’ingénierie pétrolière est dans le rouge. « Une prime à l’échec », dénonçait sur-le-champ Geoffroy Roux de Bézieux, à la tête du Medef. Le 27 mars, s’inquiétant de « l’émotion » que l’information allait susciter, le journal Les Echos dévoilait la rémunération annuelle de 21,8 millions d’euros perçue en 2018 par François-Henri Pinault, le PDG du groupe de luxe Kering, au lieu des 2,7 millions attribués l’année précédente.

Le déblocage d’une rémunération de long terme basée sur la performance financière explique cette forte différence.
Dans ces conditions, comment le monde patronal et politique va-t-il réagir à l’annonce de la somme allouée à Tom Enders (60 ans), le patron allemand d’Airbus, qui quittera son poste mercredi 10 avril à l’issue de l’AG du groupe à Amsterdam ? Le président de l’avionneur qui siège depuis 2000 aux comités exécutifs de l’entreprise va percevoir une enveloppe globale de 36,8 millions d’euros selon les calculs précis réalisés par Proxinvest, première agence française d’analyse de gouvernance, et dévoilés par Le Monde. Certes, le groupe aéronautique, qui a réalisé en 2018 un bénéfice net de 3 milliards d’euros pour un chiffre d’affaires de 63,7 milliards, n’est en rien dans la situation de TechnipFMC, mais le bilan de M. Enders n’est pas exempt de critiques...’.........

Plus ici : https://www.lemonde.fr/economie/article ... _3234.html

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Aider le Site avec PayPal

Mar 02 Avr 2019 10:00

 Re: Airbus: 36,8 millions d’euros pour Tom Enders
MessagePosté: Mar 02 Avr 2019 10:00 
Hors ligne
Observateur Avisé
Observateur Avisé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 11 Jan 2008 09:22
Iceman 29 a écrit:
Citation:
Airbus : un « parachute doré » de 36,8 millions d’euros pour Tom Enders.

Une autre vision par Emmanuel Lévy Publié le 08/03/2019
Comment l'oncle Sam a mangé Airbus
Dans quelques semaines, l'Allemand Tom Enders ne sera plus le PDG d'Airbus. Outre l'arrêt controversé de l'A380, et en dépit d'un carnet de commandes encore fourni, les choix de cet atlantiste assumé ont affaibli l'avionneur européen dans sa guerre avec Boeing.
« La décision d'arrêter l'A380 est le dernier mauvais coup porté par Tom Enders à Airbus », regrette l'un des membres de la direction du groupe aéronautique européen qui ne décolère pas : « Il fallait laisser une chance à cet avion en avance sur tous ses concurrents, et surtout ne pas fermer la porte aux grandes compagnies d'aviation avec lesquelles nous étions toujours en négociation. »
Quittant Airbus en avril prochain, Tom Enders aurait pu avoir l'élégance, sinon la décence, de laisser ce dossier stratégique à son successeur, estime ce haut dirigeant. « Désormais, poursuit-il, avec la fin du 380, Airbus n'a plus de nouveau programme dans les tuyaux et laisse ainsi le champ libre à Boeing. Un décrochage qui a commencé avec l'arrivée de Tom Enders à la présidence du groupe en 2007. »
C'est le cauchemar du Concorde qui recommence. Fin des années 80, Airbus s'impose comme un sérieux concurrent de Boeing sur le segment des petits et moyens porteurs, envisageant d'accéder aussi au marché des gros porteurs (600 à 800 places) dont le quasi-monopole était occupé par le Boeing 747.
Début 1990, en s'attaquant au marché des gros porteurs, Airbus tire sur la queue de l'Oncle Sam…
Outre-Atlantique, le programme de l'A380 tourne à l'obsession et va justifier tous les coups. « Le 380 était censé répondre au problème de l'encombrement des aéroports - Heathrow, Francfort, Dubaï, etc. Les Américains ont multiplié les nouvelles réglementations internationales pour augmenter ses délais d'atterrissage et de décollage », explique l'un des directeurs techniques d'Airbus.
« Ils ont mis en cause son financement en attaquant les “avances remboursables” des Etats, ses pollutions sonores et ses rejets de carburant. Enfin, ils ont empêché sa dotation de moteurs de nouvelle génération. Comme le Concorde, le 380 avait dix ans d'avance : ils l'ont tué,...

_________________
La politique: une mascarade de gens qui s'entendent bien pour nous diviser et vivre grassement sur notre dos...


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mar 02 Avr 2019 10:20

 Re: Airbus: 36,8 millions d’euros pour Tom Enders
MessagePosté: Mar 02 Avr 2019 10:20 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 15:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
A noter que le vote du conseil d’administration de Airbus n’est pas nécessaire pour attribuer cette prime. Siège en Hollande.

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mer 03 Avr 2019 06:47

 Re: Airbus: 36,8 millions d’euros pour Tom Enders
MessagePosté: Mer 03 Avr 2019 06:47 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 15:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
cildword a écrit:
http://www.spiegel.de/international/business/suspicions-of-bribery-throw-shadow-over-airbus-a-1260324.html

https://www.mediapart.fr/journal/economie/061017/corruption-les-documents-qui-accusent-le-patron-dairbus

voila peut etre la raison .... Entre voyoux , on s entend bien....


Cela donne une bonne idee de ce que sera le rapport du lion air et du Ethiopian airlines ,,
du vent . et un dedouanement des pilotes au commande ...


L’article du Spiegel.

Citation:

29 mars 2019 18h06

Pour Airbus, l’accord signé en avril 2003 était remarquable. Egyptair, l'un des plus importants clients de la société au Moyen-Orient, avait commandé sept A330 long-courriers.

La société aéronautique franco-allemande a célébré la signature du contrat au Caire avec beaucoup de fanfare. "Le partenariat étroit que nous entretenons avec Egyptair depuis plus de 20 ans est très spécial pour nous", a annoncé Airbus.

L’accord d’un milliard d’euros a permis à Airbus de remporter une victoire face à Boeing, qui semblait depuis longtemps inattaquable sur le marché lucratif des avions long-courriers. L’accord a également permis de sécuriser plusieurs milliers d’emplois dans les usines Airbus de Hambourg, Brême et Stade, en Allemagne.

Mais trois mois après l'annonce de la célébration, quelque chose d'étrange s'est produit. Airbus a subrepticement signé un contrat de conseil - un document daté de juillet 2003, qui n’a jamais été destiné à attirer l'attention du public.

Un responsable d’Airbus a signé le document de 20 pages, qui confiait à une société de conseil libanaise une commission juteuse pour "l’achat de sept A330-200" par Egyptair. Le moment est suffisant pour éveiller les soupçons: pourquoi faire appel à des consultants si l'accord avait été signé plusieurs mois plus tôt? Qui payait vraiment Airbus?

Ces questions intéressent également les procureurs parisiens qui enquêtent sur Airbus. Au cours des trois dernières années, ils ont recherché des pistes concrètes suggérant que la société avait engagé une armée de consultants au cours des décennies pour corrompre des fonctionnaires et des décideurs des compagnies aériennes. Les procureurs et Airbus ont refusé de répondre aux questions concernant les détails de l'enquête.

Depuis l'été 2017, les enquêteurs sont en possession du curieux contrat avec le cabinet de conseil libanais nommé Samit. Ils soupçonnent que le contrat a moins à voir avec la consultation qu'avec le paiement de pots-de-vin promis si un accord conclu avec l’avion était conclu avec Egyptair.

Stratégie de défense en péril

Les documents internes fournis à DER SPIEGEL et à la plateforme d'investigation française Mediapart renforcent cette suspicion. Une équipe du groupe European Investigative Collaborations (EIC) a passé des mois à examiner les documents controversés. Pour la première fois, des contrats, des relevés bancaires et des courriels montrent qu'Airbus n'a apparemment pas simplement recruté et financé des consultants externes, mais que la société aérospatiale a également fourni des instructions précises sur les destinataires des paiements douteux. Il suffit de menacer la stratégie défensive suivie jusqu'ici par la société. Cette stratégie repose sur des affirmations selon lesquelles Airbus n'avait aucune connaissance détaillée de la manière dont les consultants qu'elle avait embauchés avaient réellement fait leur travail.


Les révélations sont particulièrement désagréables pour une personne en particulier: Tom Enders. Le 10 avril, le PDG d’Airbus, âgé de 60 ans, cédera les rênes de la société à son successeur, Guillaume Faury. Enders avait voulu lui laisser une entreprise impeccable comptant plus de 130 000 employés dans le monde entier et possédant la valeur boursière la plus élevée de son histoire. Cette semaine, le patron sortant a également annoncé une victoire majeure: la Chine commanderait 300 appareils d'une valeur de 30 milliards d'euros à Airbus, et non à son concurrent américain Boeing, aux prises avec deux crashs de son 737 Max avion.

Le mois dernier, Enders a également corrigé l'une des plus grosses erreurs commerciales de la société: la production du géant A380, qui n'a pas réussi à récupérer les milliards d'euros qu'il lui en coûtait de développer.

Enders voulait faire preuve de la même fermeté dans le traitement du système de corruption de l'entreprise, qui avait vu le jour sous la supervision de ses prédécesseurs. Une division de vente basée à Paris, connue sous l’acronyme SMO ("Organisation de la stratégie et du marketing"), commandait un appareil de lutte contre la corruption au sein d’Airbus. Enders l'a appelé le "château de conneries".

Les responsables de SMO ont géré les ventes d’aéronefs dans des "pays difficiles", comme décrit en interne. Pour ce faire, ils se sont appuyés sur des intermédiaires qui, selon les preuves, collecteraient des centaines de millions d'euros dans des commissions secrètes et aideraient à faire accepter les accords s'ils rencontraient des obstacles.

Enders voulait mettre fin à cette pratique, non seulement pour sauvegarder sa réputation de dirigeant, mais également pour limiter le risque énorme que cela représentait pour l'entreprise. Des poursuites ont été engagées par des procureurs en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis depuis la fin de l'année dernière. Et il est confronté à la perspective d’amendes de plusieurs milliards d’euros. Si les soupçons sont confirmés, la justice américaine pourrait exclure Airbus du marché américain important.

Enders a décrit la situation délicate qui a eu lieu lors d'une conférence de gestion il y a environ deux ans: "S'il y a encore des gens dans cette salle qui croient que nous devrions mettre la merde sous le tapis, alors je dois dire que j'abandonne ces personnes."

Mais le PDG d’Airbus avait un problème: ses efforts enthousiastes pour éclaircir la situation s’avèrent trop tard. Pendant des années, il a été, au moins formellement, responsable des activités du "château de conneries". Comme indiqué précédemment dans DER SPIEGEL, des documents montrent qu'Enders a été informé d'un système de sociétés écran impliquées dans la vente d'avions de combat Eurofighter à l'armée autrichienne.

Cela pose maintenant la question de savoir ce qu'Enders savait de l'activité de consultant en rapport avec les accords avec le Moyen-Orient, et de personnages fantômes comme Abbas Ibrahim Yousef al Yousef.

Un intermédiaire à Dubaï

L’homme d’affaires basé à Dubaï est au centre des événements suspects entourant la vente de l’appareil A330 à Egyptair. Ancien pilote de l'armée de l'air des Émirats arabes unis, âgé de 64 ans, Yousef a débuté de bonne heure en tant qu'intermédiaire pour des transactions épineuses et s'est rapidement enrichi. Il a déclaré avoir gagné son premier million à l'âge de 22 ans en tant que consultant "dans le monde occidental". Yousef a réalisé une commission de 195 millions de dollars sur la vente de chars français Leclerc, équipés de moteurs et de transmissions allemands, à l'armée des Émirats arabes unis. Le constructeur de chars a déclaré que l'argent avait été utilisé pour "des actes de corruption ".


Mais au cours des dernières années, la situation s'est aggravée pour l'intermédiaire à Dubaï. Il a perdu au moins 48 millions de dollars dans un accord avec des profiteurs douteux lui promettant la fortune d'un ancien président de la Côte d'Ivoire. Il a vendu deux grandes exploitations agricoles en Hongrie et en Espagne à des prix défiant toute concurrence et il a également laissé la société allemande Drossbach, qu'il avait achetée à ses héritiers, sombrer dans une faillite temporaire.

Le déclin économique de l'homme d'affaires a déclenché les événements qui mettraient en danger Airbus et Enders. Le groupe de sociétés de Yousef est entré dans une situation financière si difficile que même sa propre famille est devenue inquiète. Les consultants engagés par ses proches ont commencé à enquêter sur le réseau d'entreprises du patriarche, découvrant non seulement un nombre croissant de dettes, mais également les relations commerciales avec Airbus.

Les membres de la famille ont dû être extrêmement perturbés par ce qu'ils ont trouvé. Le fils de Yousef et le conseiller financier du fils ont témoigné devant les enquêteurs afin de se protéger.

La manière dont Airbus semble avoir organisé les prétendus pots-de-vin dans le cas d'Egyptair est conforme à la pratique habituelle. La société a utilisé Yousef comme intermédiaire pour influencer les autorités égyptiennes et il a apparemment également transmis au moins une partie de l'argent. Cette stratégie visait potentiellement à permettre à l’entreprise de dissimuler toute trace de relation entre elle-même et ceux qu’elle prétendait corrompre. Maintenant, cependant, les premières indications sont apparues qu'Airbus pourrait avoir fourni des instructions précises sur les destinataires de l'argent.

En juillet 2003, la société a signé le contrat de conseil avec Samit International. Le principal actionnaire et président du conseil de surveillance de la société libanaise était Saif Fares Ghanem Al Mazrouei, un simple homme de paille de Yousef. Officiellement, Samit avait été mandaté par Airbus pour "organiser des réunions entre des représentants de la société et des représentants gouvernementaux à haut niveau" d'Égypte, organiser des négociations sur la vente des sept A330 et assister Airbus dans la vente des A320. La rémunération devait être de 1,5% du produit total.

En 2006, un autre contrat a été signé entre Airbus et Samit. Le mandat cette fois-ci comprenait la vente de divers modèles, notamment à la filiale d’Egyptair, Air Cairo. Le travail de Samit était de "maintenir toutes les conditions pour un environnement politique favorable aux produits de la société".

En tant que président de Samit, Al Mazrouei a signé une déclaration selon laquelle il respecterait les règles de la convention de l'OCDE sur la lutte contre la corruption et ne ferait rien qui puisse causer des problèmes à Airbus. Mais ces assurances semblent douteuses.

Le fait que les contrats de consultants n'aient été signés qu'après la conclusion des contrats entre Airbus et Egyptair n'est pas la seule chose qui se démarque. Le flux d'argent est également suspect. Selon les documents, Samit aurait soumis entre 2003 et 2008 des factures d'un montant supérieur à 10 millions d'euros qu'Airbus était censé transférer sur l'un des comptes de Samit au Liban. À partir de 2005, Tom Enders était codirecteur général d’EADS, anciennement la société mère d’Airbus. Une grande partie des paiements ont été effectués au cours de son mandat.

Al Mazrouei et son partenaire, Yousef, semblent n'avoir été que des collaborateurs volontaires, car Airbus avait apparemment le contrôle des transactions et des comptes, comme le suggèrent divers documents. Dans ces documents, il existe un tableau du mandataire de Yousef avec l'en-tête "Paiements effectués pour AB" - un acronyme qui, dans ce contexte, signifie probablement Airbus. Treize transferts d'argent sont notés pour un total de plus de 9,5 millions d'euros. Sous l'en-tête "Instructions", il a été fait référence à plusieurs fois à des fax de présumés dirigeants d'Airbus ou à des conversations avec eux.

Se rapprocher de Enders

L'une d'elles date du 11 mai 2005. À gauche du tableau, il est fait mention d'un transfert d'argent de plus de 670 000 euros à une société appelée Slon LLC. Juste à côté, il était écrit "Réunion" entre "BRE" et "JCC". Selon les initiés, BRE est l’administrateur d’Abbas, Alexander Breuer. JCC était vraisemblablement Jean-Claude Cadudal, dirigeant du tristement célèbre "château de conneries" d’Airbus à Paris.

Selon les documents, six sociétés au total ont reçu des paiements importants. Le dernier transfert, effectué le 18 décembre 2006, portait la note "selon les instructions de la réunion JCC du 1.12.06", faisant probablement de nouveau référence à Jean-Claude Cadudal d’Airbus. Selon les documents, 3 millions d'euros ont été versés à une société appelée Malana Holding SA, à la demande du gérant.

Il incombe aux enquêteurs à Paris de déterminer qui était derrière les destinataires et s'ils ont ou non gardé l'argent.

Malana Holding a comparu dans une autre affaire impliquant Airbus et Yousef, l'une des sociétés Avinco et Eolia, qui opèrent dans le secteur des avions d'occasion et des hélicoptères d'occasion et qui étaient contrôlées secrètement par Airbus. Yousef était officiellement l'actionnaire majoritaire chez Avinco. En janvier 2007, Eolia avait versé 19,4 millions d'euros à Yousef, dont environ 16 millions d'euros ont ensuite été transférés à Malana.

Image

La plateforme d'investigation Mediapart a contacté Malana en 2017. La société libanaise est dirigée par un français impliqué dans l'affaire de corruption entourant la société pétrolière française Elf Aquitaine. L'homme prétend qu'il n'est qu'un gestionnaire de fortune pour sa famille. Il admet avoir eu des relations commerciales avec Yousef, mais il nie tout lien avec Airbus.

À tout le moins, il est clair que le contact entre Airbus et Yousef n'a pas été rompu. Les procès-verbaux de plusieurs réunions en 2014 en témoignent. Le directeur d'Airbus, Olivier Brun, actuellement sous enquête en France, ainsi que le fiduciaire de Yousef, Alexander Breuer, étaient apparemment présents.

Les participants ont présenté de nouveaux plans, les minutes montrent. Airbus pourrait éventuellement exiger "certains services" de Yousef en liaison avec le Koweït. Ou bien Yousef pourrait devenir actif ailleurs au Moyen-Orient, où il y avait quelques "pays difficiles", selon le procès-verbal. Les compétences spéciales de l'agent étaient apparemment nécessaires. Pour ce faire, Yousef était en contact avec "Jean-Pierre". La personne en question est vraisemblablement l'ancien directeur d'Airbus et dirigeant de SMO, Jean-Pierre Talamoni.

Cela signifie que le cercle des cadres faisant partie du réseau suspect peut avoir été dangereusement proche du conseil d'administration d'Airbus - et de Tom Enders.

Deux responsables de SMO, dont Olivier Brun, ont déclaré à Mediapart que Yousef n’avait plus été utilisé comme intermédiaire depuis 2008. D’autres personnes impliquées n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

En 2016, Ender a restructuré la tristement célèbre division SMO, mettant ainsi fin au spectre des consultants comme Yousef. Jusqu'à la fin de l'année, on ne saura pas s'il était trop tard pour se protéger des effets toxiques du scandale. C'est alors que les observateurs s'attendent à ce que les enquêtes soient terminées et les accusations déposées - ou à la négociation d'un accord permettant à Enders de sauver la face.



_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mer 03 Avr 2019 06:48

 Re: Airbus: 36,8 millions d’euros pour Tom Enders
MessagePosté: Mer 03 Avr 2019 06:48 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 15:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
http://www.leparisien.fr/economie/airbu ... 044686.php

Iceman 29 a écrit:
A noter que le vote du conseil d’administration de Airbus n’est pas nécessaire pour attribuer cette prime. Siège en Hollande.

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mer 03 Avr 2019 07:55

 Re: Airbus: 36,8 millions d’euros pour Tom Enders
MessagePosté: Mer 03 Avr 2019 07:55 
Hors ligne
Commandant des Nuages
Commandant des Nuages
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 29 Juin 2013 17:16
Localisation: Proche LFDH
Iceman 29 a écrit:
http://www.leparisien.fr/economie/airbus-tom-enders-va-partir-avec-un-parachute-de-36-8-millions-d-euros-02-04-2019-8044686.php

Iceman 29 a écrit:
A noter que le vote du conseil d’administration de Airbus n’est pas nécessaire pour attribuer cette prime. Siège en Hollande.

Dans l'article il est noté :

Citation:
Encore aurait-il pu empocher davantage, le conseil d’administration l’ayant privé d’une prime d'« indemnités de départ » de 4,5 millions d'euros.


C'est Tom Enders qui a refusé de percevoir cette prime et non le conseil d'administration qui lui a sucré.

_________________
"Aéronauticalement"
« Anything that can go wrong, will go wrong » Edward Murphy Jr.


  
home Haut
 Profil Site Internet  
Répondre en citant le message  

Mer 03 Avr 2019 10:56

 Re: Airbus: 36,8 millions d’euros pour Tom Enders
MessagePosté: Mer 03 Avr 2019 10:56 
Hors ligne
Gonfleur d'Hélice
Gonfleur d'Hélice

Inscription: Mar 17 Jan 2012 14:17
Joli paquet de noeuds..... :x Mais ne me faites pas croire que personne ne savait rien de tout ça, que la découverte de ces magouilles est un hasard et que du côté de Boeing et/ou des autres constructeurs d’avions ça fonctionne autrement :!: Cest comme ça qu’on vend de son avions, des armes et que beaucoup de gros marchés (si ce n’est tous!) se négocient, malheureusement. Il y a bien longtemps que les gros clients n’achètent plus de façon directe parce que le produit est « le meilleur »! :roll:


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Flux RSS Flux RSS Liste des flux Liste des flux
0 Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO