For quick login in and fast entrance.
M’enregistrer FAQ Connexion 
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2043 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 ... 137  Suivante

Sam 24 Jan 2015 18:11

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Sam 24 Jan 2015 18:11 
Hors ligne
Maréchal de l'Air
Maréchal de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 14 Mai 2012 09:02
Localisation: autour de BSN
Le Colonel Glen Emile Duncan.

19 victoires homologuées, 1 victoire en collaboration, 1 victoire probable.
7 avions ennemis endommagés et plusieurs au sol.

image

Officier de l'USAAF, né le 19 mai 1918 à Berin au Texas, Glenn Duncan s'engage dans l'Army Reserve. "Cadet" du 10 février au 3 octobre 1940, il est promu Sous-Lieutenant, et est qualifié pilote le 4 octobre 1940 à Kelly Field. Lieutenant le 1er février 1942 et Capitaine le 1er mars 1942, il est affecté 361st Fighter Group, puis transféré au 353rd Fighter Group le 14 mars 1943 comme officier d'opérations du FG assorti du grade de Major, le 28 juin 1943.
Début juillet 1943, le FG est prêt à gagner le Royaume-Uni. Il totalise à ce moment-là 1490 heures de vol dont 306 de formation initiale. L'avion d'armes sera le Republic P-47 "Thunderbolt".

image

Lieutenant Colonel le 1er décembre 1943, puis Colonel (**) le 12 mars 1944, il prend le commandement du Group du 25 novembre 1943 au 7 juillet 1944, jour où son Republic P-47D-22RE #42-25971 (*)est abattu par la FlaK au NE de Nienburg. Il arrive a éviter la capture avec l'aide de la résistance hollandaise jusqu'à la libération des Pays-Bas, le 14 avril 1945. Il rejoint alors son FG et reprend son commandement qu'il garde jusqu'au 9 septembre 1945.
Ses 19 victoires aériennes et une en collaboration font de lui le meilleur "As" de son FG. Il reçoit la Distinguished Service Cross.

Resté dans l'Air Force après guerre, il retrouve son grade de Colonel le 30 septembre 1947 avant de prendre le commandement du 1st FW du 18 octobre 1956 au mois d'août 1959. Il se retire de l'Air Force en 1970.

(*) La quasi totalité des avions qui lui seront assignés seront des Republic P-47, qui porteront tous le nom de "Dove of Peace" avec des indices croissants, jusqu'à VIII, et tous codés LH-X. Seul le dernier sera un North American P-51 "Mustang". Quelques uns d'entre eux :
#42-8634 "Dove of Peace IV"
#42-7988 " Dove of Peace V"
#42-25506 " Dove of Peace VI"
#42-25971 "Dove of Peace VII". C'est celui-ci qui est perdu le 7 juillet 1944.
Et le "Mustang" #44-73060 " Dove of Peace VIII".

image

(**) On pourra noter au passage la rapidité d'avancement en temps de guerre dans l'USAAF...

_________________
Abusus non tollit usum.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Aider le Site avec PayPal

Lun 26 Jan 2015 22:10

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Lun 26 Jan 2015 22:10 
Hors ligne
Maréchal de l'Air
Maréchal de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 14 Mai 2012 09:02
Localisation: autour de BSN
Capitaine Marcel Albert

image

7 victoires homologuées, 16 victoires en collaboration, 1 victoire probable, 1 victoire probable en collaboration, 1 avion ennemi endommagé.

Grand Croix de la Légion d'Honneur, Compagnon de la Libération, Croix de Guerre 1939-1945 avec 15 palmes et 3 étoiles de vermeil, Médaille de la Résistance avec rosette, Héros de l'Union Soviétique, Ordre de Lénine, Ordre du Drapeau Rouge, Ordre de la Guerre pour le Salut de la Patrie, Croix de Guerre (Tchécoslovaquie).

image

Marcel Albert naît le 25 novembre 1917 à Paris. Il entre aux Usines Renault comme ouvrier métallurgiste. Passionné d'aviation, il obtient de l'Etat une bourse de pilotage et passe ainsi son premier et deuxième degré.
En avril 1938, il contracte un engagement de trois ans au titre du Bataillon de l'Air n°105. Obtient le 25 juillet son brevet de pilote militaire. Il est affecté à Istres. Passe plusieurs mois à la 5ème compagnie du Bataillon de l'Air 125, puis est affecté à la 1ère Escadre de Chasse, à Etampes. Ici, à gauche en compagnie de l'adjudant Octave.

image

Le 7 septembre 1939, il est instructeur au Centre de Formation des Pilotes de Chasse à Chartres, puis intègre le 15 février 1940 le Groupe de Chasse 1/3. Il participe à Bataille de France. Première victoire le 14 mai 1940. Une autre, probable, le 21 mai.
En octobre 1940 le GC 1/3 est affecté aux troupes d'Afrique du Nord, à Oran, où il signe un nouvel engagement de cinq mois en avril 1941, puis un autre d'un an en août.

Refusant la défaite, le 14 octobre 1941, jour de sa promotion au grade de sergent-chef, il profite d'un exercice pour rejoindre Gibraltar avec son Dewoitine D-520 en compagnie de deux autres pilotes du GC 1/3, Marcel Lefèvre et Albert Durand.
De Gibraltar, tous trois embarquent à destination de l'Angleterre. Marcel Albert s'engage dans les Forces aériennes françaises libres (FAFL), un mois après avoir été condamné à mort par contumace par le tribunal militaire d'Oran. Muté au centre d'instruction de Camberley, en janvier 1942, il est nommé aspirant au mois de mars. Il intègre alors le 61 Operational Training Unit. En mai 1942, il rejoint le Groupe de Chasse "Ile de France" avec lequel il effectue quarante-sept missions de guerre.

Il se porte volontaire pour le front soviétique et rejoint, en octobre 1942, le Groupe de Chasse Normandie, alors en formation à Rayak au Liban, où il retrouve ses deux camarades Marcel Lefèvre et Albert Durand. En URSS, il est promu sous-lieutenant en décembre 1942 et remporte sa première victoire le 16 juin 1943 et quatre autres le mois suivant. Le 5 septembre 1943 il prend le commandement de la 1ère Escadrille du Normandie avant d'être nommé lieutenant quelques jours plus tard. Les victoires s'enchaînent et Marcel Albert en remporte sept dans le seul mois d'octobre 1944. Il détient le record des victoires du Normandie-Niémen et ses coups d'éclat au sein de cette unité lui vaudront le titre de second as français de la seconde guerre mondiale avec 23 victoires aériennes homologuées. Il a effectué au total 1 131 heures de vol. Il est promu Capitaine en décembre 1944.

image

Profil du Yak-3 de Marcel Albert :

image

Ici, à gauche, avec Roland de la Poype, Marcel Lefèvre (Second à partir de la droite) et Joseph Risso, à droite, en URSS en 1943.

image

A son retour en France avec le Normandie-Niémen, en juin 1945, il est détaché au Centre d'Essais en Vol de Brétigny. En 1947, il est nommé Attaché de l'Air auprès de l'Ambassade de France à Prague. Il quitte l'armée d'active avec le grade de capitaine en septembre 1948. Marcel Albert s'installe alors aux Etats-Unis où il crée une chaîne hôtelière.

Marcel Albert décède le 23 août 2010 à Arlington au Texas, à l'âge de 92 ans.

_________________
Abusus non tollit usum.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mer 28 Jan 2015 01:11

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Mer 28 Jan 2015 01:11 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 14:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
Hiroyoshi Nishizawa
le diable de Rabaul


Image

Victoire:
150 réclamés par les journaux après sa mort
147, il dit à sa famille
102 réclamés par une autre sources
86, il dit Chef de groupe Okamoto peu avant sa mort
Il a abattu un autre après cela et par conséquent
87 est le chiffre qui est le plus accepté aujourd'hui.

Né le 27 janvier 1920, préfecture de Nagano

Inscrit à l'IJN en Juin 1936
La formation de vol Achevé en Mars '39

Affectations: Oita, Omura & Suzuka AG avant le déclenchement de la guerre.
Chitose AG (Groupe Air ou «Kokutai") en 1941
Affecté à la 4e AG en février '42
Première victoire - 3 Février '42 sur Rabaul - alors qu'il pilotait un «Claude»
Transféré à la 2e Sq. / Tainan AG en Avril '42
Il y rencontre Saburo Sakai et Toshio Ota
- Ils deviendraient connu comme le "Trio Nettoyeur"
7 Août '42 - meilleur jour - selon six Hellcats du VF-5.

Transféré à la 251e AG en Novembre
Été '43 - Décerné "Sword" par l'amiral Kusaka Jinichi
Transféré à la 253e AG en Septembre

Envoyé au Japon en Octobre '43 pour devenir un instructeur
- Il détestait son nouveau travail "baby sitting" et après de nombreuses demandes,
- Il a été réaffecté à la 203e AG en Novembre '43.

Par la suite promu au W ​​/ O (adjudant)

25 Octobre 1944 - a volé pour la couverture de la 1ère mission Kamikaze

Au cours de cette attaque, il "vit" sa propre mort et à son retour.

- De retour à la base il demande une mission kamikaze.
Il a été catégoriquement refusé. Les hommes de sa trempe ne devait pas être sacrifié car trop rare.

Le lendemain, le 26 Octobre, Nishizawa a pris l'avion de transport pour aller chercher quelques zéros de remplacement. Le transport a été attaqué par deux F6F et a été abattu.

A 25 ans, le Diable de Rabaul était mort.

À titre posthume il est promu lieutenant junior.

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mar 03 Fév 2015 09:03

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Mar 03 Fév 2015 09:03 
Hors ligne
Maréchal de l'Air
Maréchal de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 14 Mai 2012 09:02
Localisation: autour de BSN
3 février 1943

Décès en combat du Hauptmann Reinhold Knacke

44 victoires en 190 missions.

Alors qu'il attaquait un bombardier Handley-Page "Halifax" dans la nuit du 2 au 3 février, Reinhold Knacke, Staffelkapitän du 3 Staffel I Gruppe Nachtjagdgeschwader 1 -3./NJG 1-, est lui-même abattu par les mitrailleurs du "Halifax". Grièvement blessé lors de l'atterrissage de fortune de son Messerschmitt Bf-110, il décède ce jour de ses blessures.
Il était le premier des "As" des chasseurs de nuit.

image

_________________
Abusus non tollit usum.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Ven 20 Fév 2015 09:07

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Ven 20 Fév 2015 09:07 
Hors ligne
Maréchal de l'Air
Maréchal de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 14 Mai 2012 09:02
Localisation: autour de BSN
20 février 1908

Naissance à Brinkovskaya, dans la région de Krasnodar, de Grigori Jakowlewicz Bakhchivadzhi, as soviétique de la WW2, 10 victoires aériennes, dont 5 en collaboration.
Ingénieur aéronautique, il suit une formation de pilote à l'école de l'air d'Orenburg et est breveté en 1934. Il devient pilote d'essais et poursuit cette activité jusqu'au début de l'opération "Barbarossa" en juin 1941. Il devient chef d'Escadrille d'un régiment de chasse, le 402 IAP. Au cours des six semaines qui vont suivre, il va réaliser 65 missions de guerre et enregistrer ses 10 victoires en combat aérien sur MiG-3.
En août 1941, il reprend, à la demande des autorités, ses activités de pilote d'essais. Le 15 mai 1942, il effectue le premier vol d'un prototype d'appareil à propulsion par réaction, le BI-1, construit par Berezniak et Isaev. Il reçoit l'ordre de Lénine pour ce premier vol. Le 27 mars 1943, il se tue aux commandes de cet appareil lors d'un vol d'essai. Il recevra le titre de Héros de l'Union Soviétique 30 ans plus tard, le 28 avril 1978.

image

_________________
Abusus non tollit usum.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Ven 20 Fév 2015 09:43

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Ven 20 Fév 2015 09:43 
Hors ligne
Observateur Avisé
Observateur Avisé

Inscription: Mer 28 Mai 2008 14:24
Localisation: Moscou
A propos de Normandie-Niemen, j'ai eu la chance de participer fin janvier à une remise de médaille au dernier pilote vivant de l'escadrille légendaire:

http://fr.rbth.com/ps/2015/02/03/pourvu_quil_ny_ait_pas_de_guerre_32625.html


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Ven 20 Fév 2015 09:53

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Ven 20 Fév 2015 09:53 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 14:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
Je met l'article:

Citation:

Le doyen des anciens combattants de l’escadrille Normandie-Niémen, Ivan Moltchanov (97 ans), s’est vu remettre le 29 janvier la Médaille d’or de l’association La Renaissance Française.

Image

La cérémonie s’est déroulée chez Ivan Moltchanov, qui ne quitte plus son appartement en raison de son âge avancé et de sa santé précaire. C’est sa fille Svetlana qui a ouvert la porte. Elle a elle-même passé le cap des 70 ans, mais elle prend toujours soin de son père et s’occupe du ménage.

Les écrivains à succès témoignent de la dévastation et de la gloire de la Seconde guerre mondiale
Ivan Moltchanov, assis sur son lit, regarde avec intérêt ses invités. « Je ne suis plus en bonne santé », explique-t-il. Son uniforme aux nombreuses médailles est accroché au mur. « Ça va être vite fait », dit Svetlana, en aidant avec adresse son père à enfiler la veste. Le poids des décorations semble courber encore plus le vétéran.
Aux murs : les photos d’Ivan Moltchanov et de sa famille. Dans la bibliothèque : des livres en français consacrés au régiment de chasse Normandie-Niémen.
Les membres de la petite délégation qui est venue remettre la médaille à Ivan Moltchanov, et qui est composée de lauréats des années précédentes et d’élèves du Lycée français de Moscou, sont présentés un à un à l’ancien combattant. Ivan Moltchanov les remercie et serre longuement la main à chacun.
« Vous travaillez avec Le Figaro ? », demande-t-il au journaliste de RBTH. « C’est un grand journal. Merci de véhiculer nos idées aux Français », ajoute-t-il.

Image
Crédit : Maria Afonina

La présidente de La Renaissance Française en Russie, Zoya Arrignon, remet à Ivan Moltchanov la Médaille d’or de l’association fondée par le président de la République Raymond Poincaré. « Je vous remercie », déclare le vétéran, qui en a presque les larmes aux yeux.
« C’est nous qui vous remercions, dit Alexandre Fétissov, président de l’Association des anciens combattants russes du Normandie-Niémen, qui l’appelle gentiment « batia » (« père »). Vous avez abattu huit avions ennemis pendant la Seconde Guerre mondiale : quatre en solitaire et quatre autres en groupe », rappelle-t-il afin que tous les membres de la délégation éprouvent encore plus de respect pour leur interlocuteur. Alexandre Fétissov, lui-même pilote de guerre, a commandé le régiment Normandie-Niémen de 1995 à 2000.

La nouvelle médaille vient prendre place sur l’uniforme du vétéran aux côtés de nombreuses autres décorations, notamment des ordres russes et de la Légion d’honneur qui lui a été décernée en 2008.
Ivan Moltchanov se souvient comment se parlaient les pilotes russes et français pendant les missions. Le commandant français Jean Tulasne, qui commandait l’escadrille a dit qu’il comprenait en russe « fritz à droite » et « fritz à gauche ». C’est ainsi qu’ils communiquaient. La première fois, Ivan Moltchanov participe à une mission commune avec Normandie le 17 avril 1943. Cette date marque le début de la fraternité d’armes franco-russe. Les missions et les combats aériens ont été très nombreux par la suite.
Ivan Ivanovitch reçoit régulièrement des invités de France à qui il peut adresser un bonjour et plusieurs autres mots dans un bon français. « Pourvu qu’il n’y ait pas de guerre », soupire-t-il.


Biographie.

Ivan Moltchanov est né le 18 janvier 1918 dans la région de Tver, non loin de Moscou. Après ses études secondaires, il entre à l’école technique de Kalouga où il fait connaissance avec le célèbre spécialiste de l’aéronautique Konstantin Tsiolkovski. Il commence à faire du sport aérien et entre en 1938 dans une école aéronautique. Promu sous-lieutenant en 1940, il part faire son service militaire dans l’Extrême-Orient russe.
Ivan Moltchanov se retrouve dans l’armée dès les premiers jours de la guerre. Il prend part à son premier combat le 22 juillet 1941, près de Pskov. Quelques jours plus tard, il abat deux avions allemands lors de combats aériens à l’ouest de Novgorod. Il est nommé commandant par intérim de l’escadrille en décembre.

Le 12 janvier 1942, l’appareil d’Ivan Moltchanov est abattu au-dessus du lac Seliguer. Après traitement, il part pour Novossibirsk où le régiment est complété.

Le 17 avril 1943, il participe à une mission commune avec l’escadrille Normandie, qui combat sous les ordres du commandant français Jean Tulasne. Le 12 août 1943, il est de nouveau blessé. Après traitement, il est envoyé à l’Ecole supérieure d’officiers du combat aérien.
La guerre terminée, il revient dans le régiment. Il suit en 1947 des cours de commandants d’unités à Lipetsk, après quoi il part faire son service comme commandant adjoint de régiment dans la région du Baïkal. De 1949 à 1952, il commande un régiment en Pologne. En 1953, il devient commandant adjoint d’une division en Biélorussie. En 1960, il est démobilisé avec le grade de colonel. De 1960 à 1966, il dirige l’équipe de contrôle des composants à l’entreprise Khimavtomatika.

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Ven 20 Fév 2015 15:38

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Ven 20 Fév 2015 15:38 
Hors ligne
Maréchal de l'Air
Maréchal de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 14 Mai 2012 09:02
Localisation: autour de BSN
20 février 1912

Naissance à Invercargill, de John "Johnny" Milne Checketts, "As" néo-zélandais de la WW2.
14 victoires homologuées, 3 victoires probables, 8 avions ennemis endommagés, 2 bombes volantes V-1 détruites en 418 missions de combat.

image

Mécanicien moteur à l'origine, il est âgé de 28 ans lorsqu'il débute son entraînement de pilote au sein de la RNZAF en octobre 1940. Breveté en juin 1941 comme Pilot Officer, il est envoyé en Angleterre, où il est qualifié sur Supermarine "Spitfire", et affecté au 485 Sqn en novembre 1941.

Le 4 mai 1942, Checketts est abattu. Il saute en parachute, se retrouve à l'eau dans la Manche et est récupéré par la Royal Navy. En juin 1942, il est affecté au Sailer Malans' Gunnery School en même temps qu'il est promu Flying Officier avant d'être affecté au 611 Sqn de Biggin Hill, en janvier 1943. Promu Flight Lieutenant, il prend le commandement du Flight A en avril 1943. Le 30 mai 1943, il abat un Focke-Wulf Fw-190 au Sud Est de Trouville.

Promu Squadron Leader en juillet, il prend le commandement du 485 Squadron 485 à Biggin Hill.
Le 15 juillet, il abat un Focke-Wulf Fw-190, le 27 2 autres, puis un Messerschmitt Bf-109G le 31.
Le 9 août 1943, à la tête de son Sqn lors d'une opération sur St Pol, sa section rencontre 8 Messerschmitt Bf-109. 6 d'entre eux sont abattus, 3 par lui seul. Il reçoit la DFC à la suite de cet engagement.

Le 19 août suivant, il assure la couverture haute d'un groupe de bombardiers en mission sur Amiens. Interceptés par une importante formation de chasseurs Bf-109 et Fw-190, il abat un des assaillants et en endommage un autre.

Le 6 septembre 1943, son Sqn assure la protection de Martin B-26 "Marauder" au-dessus de la France. Une vingtaine de Fw-190 les interceptent. Il en abat un avant que son avion ne soit sévèrement touché. Brûlé et blessé, il saute en parachute. Arrivé au sol, il est aidé par des Français qui le cachent et le soignent. Evacué par la résistance, Checketts retrouve un autre pilote du 485 San, le Sergeant Kearins, abattu le 15 juillet. Ces deux pilotes rejoignent un groupe de 11 pilotes qui traversent la Manche à bord d'un bateau de pêche le 21 octobre 1943.

Il est alors affecté au Fighter Wing de la "Central Gunnery School" comme instructeur.

image

En avril 1944, il prend le commandement du 1 Sqn, équipé de Hawker "Typhoon". Après 6 semaines dans cette unité, il est promu Wing Commander et prend la tête du Wing 142, basé à Horne, et équipé de "Spitfire". Le Wing fait ensuite mouvement sur Westhampnett, Merston et Manston jusqu'au 26 septembre1944. Sa dernière mission opérationnelle le conduit au-dessus de Arnhem en septembre 1944, lui permettant de remporter sa dernière victoire en collaboration avec l'un de ses chefs d'escadrille.

Promu Wing Commander Tactics au Central Fighter Establishment en 1945. Parmi ses décorations on retrouve la DFC attribuée le 13 août 1943, la DSO attribuée en décembre 1943, l'US Silver Star en août 1944 et la "Polish Cross of Valour" en avril 1945.

Après guerre, il retourne dans la RNZAF, sera responsable de l'introduction des "Jets" dans la RNZAF -Les de Havilland "Vampire"-, et devient Station Commander à Wigram, Fiji et Taieri avant de se retirer en 1982. Johnny Checketts est décédé le 29 avril 2006 à l'âge de 94 ans.

_________________
Abusus non tollit usum.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Sam 21 Fév 2015 10:34

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Sam 21 Fév 2015 10:34 
Hors ligne
Maréchal de l'Air
Maréchal de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 14 Mai 2012 09:02
Localisation: autour de BSN
21 février 1917

Naissance à Kronsdorf, dans les Sudètes, (Aujourd'hui en République tchèque : Krasov) du "Staffelkpitän" Otto "Bruno" Kittel, "As" allemand de la Luftwaffe pendant la WW2.
267 victoires en 583 missions de combat.

image

Il rejoint la Luftwaffe en janvier 1939 et est breveté en janvier 1941.
Affecté au 2 Staffel I Gruppe du Jagdgeschwader 54 -2./JG 54- basé à Jever, comme "Unteroffizier".
Le 31 mai 1941, son Messerschmitt Bf-109F-2 Werk Nümmer #12725 est vistime d'ennuis moteur l'obligeant à évacuer en parachute, sans soucis pour lui.
Première victoire aérienne le 24 juin 1941, lors de l'opération "Barbarossa" : Il abat deux bombardiers Tupolev SB-2.
10ème victoire le 12 septembre 1941. 20ème un an plus tard, le 23 septembre 1942
Le 12 janvier 1943, il enregistre 6 victoires au cours de la même journée. 30ème le 24 janvier 1943. Promu "Feldwebel" le 19 février, il remporte sa 39ème victoire (La 4000ème victoire du JG 54).
Juste après avoir remporté sa 47ème victoire le 15 mars 1943, il doit effectuer un atterrissage forcé avec son Fw-190A-4 Werk Nümmer #142481 à 60 kilomètres à l'intérieur des lignes soviétiques. En dépit du froid et sans équipement adapté, il traverse le Lac Ilmen et après 3 jours de marche parvient enfin à regagner les lignes allemandes. Il reçoit alors la "Deutsches Kreuz" en or.

Kittel parlant aux pilotes de son Staffel devant son Fw-190 codé "1 Jaune".

image
image

Après une période de convalescence en hôpital, il reprend son service au sein du 2./JG 54 fin mai 1943. 50ème victoire le 11 juin. En juillet 1943, il enregistre 25 victoires et débute une ascension qui va le placer au 4ème rang des "As" de la Luftwaffe à la fin de la WW2 : 4 victoires le 5 juillet, 3 autres le 7, 4 le 13, 3 le 16, et comptabilise sa 80ème victoire le 27 juillet. Il abat 7 appareils soviétiques le 4 août et entre dans le club des pilotes titulaires de plus de 100 victoires le 14 septembre. Le 26 octobre, promu "Oberfeldwebel", il reçoit la "Ritterkreuz" pour 123 victoires.
Fin 1943, Kittel compte 127 victoires à son actif.

En janvier 1944, il est nommé instructeur à l'Ergänzungs-Jagdgruppe Ost basé à Biarritz en France. Promu "Leutnant" pendant son séjour dans cette école, où il reste jusqu'en mars.
Retour au JG 54 comme "Staffelkapitän" du 3 Staffel. 14 victoires en mars 1944, la 130ème le 7 mars, 3 le 26 mars, la 140ème le 30 mars. Le 8 avril, 5 appareils supplémentaires (147-151). Avec 152 victoires à son actif, il reçoit les "Feuilles de chêne" le 11 avril 1944. 5 victoires le 28 juin.
200ème victoire le 26 août. En octobre 1944, 34 victoires supplémentaires.
Le 25 novembre, Kittel reçoit les "Epées" pour ses 239 victoires. Il est également promu "Oberleutnant".

Le 14 février 1945, Otto Kittel décolle pour intercepter une formation d'Il-2 "Sturmovik" au-dessus de Dzukste, dans le Kurland. Des témoins rapporteront avoir vu Kittel plongeant sur un groupe de 8 appareils ennemis, et en endommager un. Son Focke-Wulf Fw-190A-8 Werk Nümmer #960282 codé "1 Noir" est alors touché par le tir défensif des autres Il-2 et prend feu, piquant rapidement vers le sol en flammes. L'appareil percute le sol. Otto Kittel effectuait sa 583ème mission de combat. Avant sa disparition, Kittel n'avait jamais été abattu en combat aérien et avait été touché seulement une fois par la DCA.
Il restera le plus grand "As" tué en combat aérien, juste avant Walter Nowotny, tué quelques mois plus tôt avec 258 victoires à son actif.

_________________
Abusus non tollit usum.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mar 10 Mar 2015 11:56

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Mar 10 Mar 2015 11:56 
Hors ligne
Maréchal de l'Air
Maréchal de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 14 Mai 2012 09:02
Localisation: autour de BSN
10 mars 1918

Naissance à Gaggenau, en Allemagne impériale, de Günther Rall, "As" de la Luftwaffe pendant la WW2. Il est d'ailleurs le pilote de chasse le plus titré ayant survécu au conflit (Il décèdera en 2009), avec un score de 275 victoires aériennes, dont 272 acquises sur le front de l'Est -242 contre les chasseurs soviétiques-, en 621 missions de combat, au sein du Jagdgeschwader 52, dont il va prendre le commandement.

Après sa 250ème victoire :

image

Son avion, un Messerschmitt Bf-109 était codé "13 Noir". Rall est ici au centre de la photo.

image

Prisonnier de guerre à la fin de la WW2, il sera libéré après la dissolution de la Luftwaffe.
Il reprend du service en 1955 dans la nouvelle armée de l'air allemande et dirigera le programme Lockheed F-104 "Starfighter" à partir de 1956.
Il devient chef d'état-major de la Bundesluftwaffe en 1970.

_________________
Abusus non tollit usum.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Sam 28 Mar 2015 20:41

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Sam 28 Mar 2015 20:41 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 14:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
Alex Vraciu. USA

Image

Il a juste 25 ans quand il règne comme plus grand as de l'US Navy après avoir abattu 19 avions japonnais et détruit 21 de plus au sol en seulement 8 mois, en 1944,

Il décède le 29 janvier 2015 à Calif, à l'ouest de Sacramento. Il avait 96 ans.

Ses unités:
USS Independence (CVL-22)
USS Intrepid (CV-11)
USS Lexington (CV-16)

Guerre et batailles:
Seconde guerre mondiale
Raid de Wake Island
Bataille de Kwajalein
Opération Hailstone (Truk Raid)
Bataille de la mer des Philippines

Décorations:
Navy Cross
Distinguished Flying Cross
Air Medal
United States Navy High Individual - Aerial Gunnery - 1957

Image

Image

Image

Image




_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Dim 19 Avr 2015 07:29

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Dim 19 Avr 2015 07:29 
Hors ligne
Maréchal de l'Air
Maréchal de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 14 Mai 2012 09:02
Localisation: autour de BSN
19 avril 1922

Naissance à Weissach de Erich Hartmann, l'as le plus titré de l'histoire de la chasse, et pas seulement de la Luftwaffe.

1400 missions de guerre, 800 combats aériens, 352 victoires et 16 accidents pendant la WW2.

Sous l’influence de sa mère, brevetée pilote et fondatrice d’un club de vol à voile à Weil, il développe une passion pour l’aviation. Ayant obtenu ses brevets de pilote de vol à voile, il devient, à quatorze ans, instructeur au groupe de vol à voile de la Jeunesse hitlérienne.

Trois ans plus tard, en avril 1940, diplômé de l’école de Korntal, il s’engage dans la Luftwaffe et demande son affectation dans la chasse. Après cinq mois passés dans un groupe d’entraînement basé à Neukuhren, en Prusse-Orientale, il rejoint Berlin-Gattow en mars 1941 avant de se rendre à Zerbst-Anhalt, où il acquiert, auprès du Leutnant Hohagen, ancien champion de voltige, la maîtrise de l’avion sur lequel il allait acquérir ses titres de gloire : le Messerschmitt Bf-109.

image

Nommé Leutnant, il rejoint le front le 31 mars 1942, au Stab/Jagdgeschwader 52 stationné à Maïkop en Union soviétique. Il est affecté au 7 Staffel III Gruppe -7./JG 52- sur le terrain de Oldatskaya.
Première mission de guerre le 14 octobre 1942. De combat en combat, Hartmann parvient à se forger la tactique qui va lui valoir ses futures victoires. Première d’entre elles le 5 novembre 1942 : il abat un Il-2 "Stourmovik".

Ici, lors de la célébration de sa 121ème victoire, mentionnées sur la gouverne de direction de son B-109 Werk Nümmer #20499 :

image

Tout s'enchaîne : Le 29 octobre 1943, soit un an après son arrivée au 7 Staffel, il compte déjà 150 victoires aériennes. Il a pourtant été abattu une fois, le 20 août 1943, et obligé à se poser en urgence derrière les lignes ennemies. Fait prisonnier, il profite d’un moment d’inattention de ses gardiens pour s’évader et rejoindre les positions allemandes.

Il devient "StaffelKäpitan" du 9./JG 52, et à 21ans, il reçoit la "Croix de Fer".

image

Surnommé "Le démon noir du Sud" par les soviétiques -Et l'ange blond par ses camarades-, il compte deux cents victoires en février 1944, ce qui lui vaut le grade d'Oberleutnant, et les "Feuilles de chêne". Quatre mois plus tard, à l’occasion de sa deux cent cinquantième victoire, c'est Adolf Hitler lui-même qui lui remet les "Glaives".
300 victoires en août 1944, on ajoute les "Diamants" à sa Croix de fer.
Il fait un séjour de quelques mois à Lechfeld, où il apprend à piloter le Messerschmitt Me-262. A l'issue de sa 352ème et dernière victoire le 8 mai 1945, il tombe aux mains des Américains, qui le livrent aux soviétiques.

Il est condamné à dix années d’emprisonnement en URSS comme criminel de guerre. Sa captivité, très éprouvante, prend fin en 1955 grâce à l’intervention du chancelier Adenauer auprès des autorités soviétiques.

De retour en Allemagne, il s’engage dans la nouvelle Luftwaffe, sous la houlette de l’OTAN. Après avoir subi un entrainement sur T-6, T-33 et F-84 aux ÉtatsUnis, il devient Kommodore de la première escadre allemande d’avions de chasse à réaction, le JG 71 Richthofen.

image

En désaccord -C'est un euphémisme...- avec certains de ses supérieurs, il est relevé de ses fonctions et achève sa carrière, avec le grade d’Oberst en 1970.

Il décède le 20 septembre 1993, à Weil im Schönbuch, en Allemagne.

_________________
Abusus non tollit usum.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Lun 27 Avr 2015 12:08

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Lun 27 Avr 2015 12:08 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 14:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
George Frederick BEURLING "Screwball*"

Image

* littéralement, "Le Cinglé".

Image

Capitaine / Flight Lieutenant
31 victoires homologuées
1 victoire en collaboration
1 victoire probable
1 victoire probable en collaboration
9 avions ennemis endommagés

Image

Citation:
George Frederick Beurling est né le 6 décembre 1921 à Verdun (Quebec), d'un père Suédois et d'une mère Britannique. Désireux de voler mais n'ayant pas le niveau d'étude requis pour s'engager dans la RCAF, il prend des leçons de vol privées.

Pendant la guerre d'hiver qui oppose Russes et Finlandais en 1939/40, il tente de s'engager dans l'Armée de l'Air Finlandaise mais son père refuse de signer l'autorisation d'engagement. Il décide donc d'aller en Angleterre pour s'engager dans la RAF mais est refusé car il ne dispose pas de certificat de naissance avec lui.

Il retourne donc au Canada puis revient en Ecosse où il parvient enfin à s'engager en septembre 1940. Après 1 an d'entraînement, il obtient ses ailes le 9 septembre 1941. Il est affecté au Squadron 403 puis au Squadron 41. Il participe aux incursions à travers la Manche au-dessus de la France occupée et doit se plier à la stricte discipline de ces missions délicates. En deux occasions, il passe outre les ordres et engage le combat avec l'ennemi, ce qui lui vaut l'inimitié de ses supérieurs.

De fait, il ne rencontre aucune opposition lorsqu'il fait sa demande sa mutation vers Malte, "le paradis des chasseurs". Il fait partie des 32 pilotes qui le 9 juin 1942 viennent renforcer la défense de l'ile assiégée au cours de l'opération "Salient". A son arrivé, il est affecté comme Sergent au Squadron 249.
La situation sur place convient très bien à sa nature de loup solitaire. Totalement concentré sur l'art du combat aérien, il étudie la technique du tir avec déflection, travaillant sans relâche pour améliorer l'efficacité de sa vue particulièrement persante et pour mettre au point ses propres tactiques. N'ayant jamais fumé ni pris d'alcool, Beurling se voit rapidement attribuer le surnom de "Exentrique" (Screwball).

Au cours du seul mois de juillet 1942, Beurling remporte 15 victoires et 6 appareils ennemis endommagés. Il se voit attribuer la DFM après sa 8eme victoire et une barre à la fin du mois pour sa 17eme victoire. Début août, il est promu officier. Au cours des mois de septembre et d'octobre, les occasions de remporter de nouvelles victoires sont moins nombreuses. Il obtient toutefois la DFC courant octobre. Les attaques menées par les forces de l'axe au cours du mois d'octobre donnent à Beurling l'occasion d'augmenter encore son palmarès avec 8 nouvelles victoires en octobre en 5 jours. Le 14 octobre, au cours d'un combat à l'occasion duquel il abat 1 Ju 88 et 2 Me 109, son avion est atteint à plusieurs reprises.

Juste après avoir remporté sa dernière victoire, son appareil est atteint par un obus et, blessé, il doit s'éjecter au-dessus de la mer. Il est récupéré 20 minutes plus tard par le HSL 128. Il se voit alors décerner la DSO qui fait mention de 28 victoires remportées....

...La suite ici:
http://www.cieldegloire.com/003_beurling_g_f.php

Image

Image

Image




_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Lun 04 Mai 2015 09:17

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Lun 04 Mai 2015 09:17 
Hors ligne
Maréchal de l'Air
Maréchal de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 14 Mai 2012 09:02
Localisation: autour de BSN
Siegfried Freytag

Naissance le 10 novembre 1919 à Dantzig, en Pologne, du futur "GruppenKommandeur" Siegfried Freytag, pilote de chasse de la Luftwaffe pendant la WW2, surnommé "Le lion de Malte".

Profil de l'un de ses Messerschmitt Bf-109E :

image

Engagé successivement dans les campagnes de Norvège, la Bataille d'Angleterre, la campagne des Balkans, le front de l'Est, le Théâtre d'opérations méditerranéen et la Défense du Reich. Il a exercé des fonctions de commandement au sein des 6./JG 77, 1./JG 77, II./JG 77 et JG 51.

image

Finalement, après 879 missions de combat, Siegfried Freytag aura remporté 102 victoires dont 50 à l'Est. Il est finalement capturé en 1945 près de Ratisbonne par les troupes américaines, et est tout d'abord employé comme interprète.

Libéré et rendu à la vie civile, Freytag découvre que toute sa famille et tous ses amis ont été tués par les bombardements et que tous les biens familiaux ont été confisqués par les Polonais. Il devient alors successivement mineur, technicien puis chauffeur de taxi.

Il s'engage dans la légion étrangère française en 1952. Une des raisons évoquées voudrait qu'il ait pensé que la Légion recherchait des pilotes... La véritable raison serait plutôt une rixe qui aurait mal tourné...

Il participe aux campagnes d'Indochine, sert à Djibouti et en Algérie.
Promu Sergent-chef en 1962, il quitte le service actif en 1970, et se retire à l’institution des invalides de la Légion étrangère à Puyloubier.

Noter que la date de décès est erronée :

image

Freytag n’a jamais fait état, durant toutes ces années, de son prestigieux passé d’as de la Luftwaffe. Seuls quelques officiers et les services administratifs de la Légion en étaient informés. Il décède à Puyloubier le 1er juin 2003.
Le 5 juin 2003, au "Carré Légion" du cimetière de Puyloubier, près d'Aix en Provence (*), aux pieds de la Sainte-Victoire, Freytag est inhumé avec les honneurs militaires.

(*) Un endroit qu'il connaissait puisque son unité y avait été affectée en janvier 1944, pour opérer en Italie du Nord.

_________________
Abusus non tollit usum.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Jeu 07 Mai 2015 08:34

 Re: Les as de la Seconde Guerre Mondiale.
MessagePosté: Jeu 07 Mai 2015 08:34 
Hors ligne
Maréchal de l'Air
Maréchal de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 14 Mai 2012 09:02
Localisation: autour de BSN
Kommodore Johannes Wiese

133 victoires, et 75 probables, toutes obtenues sur le front de l'Est, en 480 missions de combat. 5 fois abattu.

image

Johannes Wiese est né le 7 mai 1915 à Breslau.
Affecté en juin 1941 comme Feldwebel au Stab du Jagdgeschwader 52 -Stab./JG 52- alors basé sur le front de l'Est. Il remporte sa première victoire le 23 septembre. Promu Staffelkapitän du 2./JG 52 le 15 juin 1942. Il est titulaire à cette date de 7 victoires aériennes. A partir de cette date, à la tête du 2 Staffel I Gruppe, il va se spécialiser dans la recherche et la destruction des Il-2 "Chtourmovik".
25ème victoire le 29 septembre et 50ème le 25 décembre. Le 5 janvier 1943, le désormais Hauptmann Wiese reçoit la Ritterkreuz pour ses 53 victoires. 75ème victoire le 7 juin.
Le 5 juillet, il abat 12 Il-2 dans le secteur de Koursk mais il est lui-même touché et doit se poser en catastrophe.

100ème victoire le 17 juillet. En raison de ses succès, il est surnommé le "Lion du Kouban", en raison des succès obtenus sur ce secteur.

125ème victoire le 28 octobre. Promu Gruppenkommandeur du I Gruppe JG 52 -I./JG 52- le 13 novembre 1943.

Le Messerschmitt Bf-109G-5 Werk Nümmer #15999 de Johannes Wiese à Anapa en 1943.

image
image

Feuilles de chêne le 2 mars 1944. Blessé le 19 mai 1944, il est transféré à l'école de chasse le 11 juin.

En octobre 1944, Wiese est affecté au Stab./JG 77. Le 1er décembre 1944, le Major Wiese devient Kommodore du JG 77. Le 25 décembre 1944, il doit abandonner son Bf-109G-14 à une altitude de 9000 mètres après un combat avec des "Spitfire" au-dessus de la Ruhr. Son parachute ne s'ouvre finalement qu'à 80 m du sol. Il est gravement blessé et ne pourra jamais reprendre le combat.

Capturé par les américains à la fin de la guerre, il est remis aux Soviétiques qui l'emprisonnent jusqu'en 1950. En 1956, il rejoindra la nouvelle Luftwaffe sous le couvert de l'OTAN. Au cours de sa carrière opérationnelle, il réalise 480 missions de combat et remporte 133 victoires, toutes obtenues à l'Est et parmi lesquelles 70 Il 2. Au cours de sa carrière opérationnelle, Wiese sera abattu 5 fois.

_________________
Abusus non tollit usum.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2043 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 ... 137  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Flux RSS Flux RSS Liste des flux Liste des flux
0 Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO