For quick login in and fast entrance.
M’enregistrer FAQ Connexion 
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 570 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 34, 35, 36, 37, 38

Dim 12 Jan 2020 08:13

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Dim 12 Jan 2020 08:13 
Hors ligne
Novice Aérien
Novice Aérien

Inscription: Mer 09 Avr 2014 09:08
Localisation: Pacifique Sud
Pour ceux qui se faisaient du souci sur l’avenir de Dennis Muilenburg, qu’ils se rassurent :

Le PDG de Boeing, Dennis Muilenburg, 56 ans, évincé au milieu de la pire crise de l'histoire de la compagnie, partira avec des actions et des allocations de retraite d'une valeur de plus de 60 millions de dollars, a annoncé la compagnie vendredi. :roll:

"Nous remercions Dennis pour ses 35 années de service chez Boeing ", a déclaré la société dans un communiqué. " Lors de son départ, Dennis a reçu les avantages auxquels il avait droit contractuellement et il n'a reçu aucune indemnité de départ ni de prime annuelle pour 2019.

35 ans de cotisations, départ à 56 ans avec 60 millions de dollars : les syndicats français manquent d’ambition dans leurs revendications pour nos retraites ! :mrgreen:


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Aider le Site avec PayPal

Dim 12 Jan 2020 08:53

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Dim 12 Jan 2020 08:53 
Hors ligne
Observateur Avisé
Observateur Avisé

Inscription: Ven 06 Jan 2012 07:21
Localisation: St No/Les Avirons
Ne leur donne pas des idées sinon les trains ne sont pas près de rouler à nouveau.... :lol:


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Dim 12 Jan 2020 12:53

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Dim 12 Jan 2020 12:53 
Hors ligne
Observateur Avisé
Observateur Avisé

Inscription: Ven 06 Jan 2012 07:21
Localisation: St No/Les Avirons
La divulgation des mails internes àBoeing est très grave pour les employés de Boeing également à titre personnel.

Aux USA, mentir à une agence fédérale est un crime de félonie et c'est ce qu'ils ont fait vis à vis de la FAA. Dans le cas où mentir a pour résultat des décès, cela rend théoriquement possible une accusation de meurtre....

Que risquent de révéler ces employés pour réduire leurs peines judiciaires?

Décidément, cette histoire pue de plus en plus et pas seulement pour le Max car les retards du 777X montrent que ce qu'il s'est passé pour le Max est probablement ce qui se passait pour le nouveau 777...


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Lun 13 Jan 2020 23:49

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Lun 13 Jan 2020 23:49 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 14:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
Boeing a un nouveau PDG aujourd'hui. David Calhoun a pris la relève ce matin. Cet après-midi, les sénateurs Ed Markey, Sen Blumenthal et tammy baldwin ont envoyé une lettre au conseil d'administration leur demandant de repenser le bonus de 7 M $ que Calhoun peut recevoir pour la remise en service du 737 Max.


_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mar 14 Jan 2020 03:44

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Mar 14 Jan 2020 03:44 
Hors ligne
Gonfleur d'Hélice
Gonfleur d'Hélice

Inscription: Lun 07 Oct 2013 22:34
Citation:
! Sauf erreur de ma part, (je ne suis pas spécialiste des différentes versions du 737), sur cette vidéo, datant à priori de quelques jours, à t = 2 min, je vois décoller un 737 max… supposé interdit de vol et je poste sur le fil  Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés


Citation:
il y a des NG qui sont équipé de ces winglets (option), j'en avais vue décoller un de Genève il y a quelques semaines


Pas exactement ,, il y a des split scimitar winglet qui sont offert neuf ou en retrofit par aviation partners boeing . qui est un jont venrure
cela existe depuis 2014 :date de la certification . Il y a a ce jour environ 10 % de la flotte de 737 ng
qui en est muni .. les Falcons peuvent aussi etre retrofite

Image
Image


il y donc 3 possibilites .pour les 737 NG pas de winglet .. blended winglet qui appartient aussi a aviation partners boein . et le split scimitat winglet

exemple , sas 737 ng sans winglet


tandis que la 737 max est equipe en standart de "advanced technical winglet" qui est un produit developpe par boeing

Image

la difference est frappante,


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mar 14 Jan 2020 04:38

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Mar 14 Jan 2020 04:38 
Hors ligne
Principicule de Taxiway
Principicule de Taxiway

Inscription: Jeu 19 Jan 2012 04:24
Merci pour ces précisions qui répondent à mes interrogations exprimées sur ce fil le Mer 08 Jan 2020 à 03:56 où je m'interrogeais :
"Je ne suis pas spotter, mais je pensais que les winglets "doubles" étaient une caractéristique des 737 MAX.
Est-ce exact ?
Si oui, le décollage à t = 2 minutes, dans la vidéo qui suit, datée du 4 janvier 2020,(départ de G.I.(s) vers le moyen orient, suite au dernier exploit de Trump) amènerait à poser quelques questions sur l’immobilisation de la machine...
https://youtu.be/9wu1-KV4bzs"


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mar 14 Jan 2020 08:28

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Mar 14 Jan 2020 08:28 
Hors ligne
Observateur Avisé
Observateur Avisé

Inscription: Ven 06 Jan 2012 07:21
Localisation: St No/Les Avirons
En pleine crise, le nouveau patron de Boeing appelle le groupe à être "humble".

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/en-pleine-crise-le-nouveau-patron-de-boeing-appelle-le-groupe-a-etre-humble-837041.html

David Calhoun, qui prend ses fonctions ce lundi, remplace Dennis Muilenburg, dont la gestion de la crise du MAX a été jugée catastrophique.

David Calhoun, qui a officiellement pris lundi ses fonctions de directeur général de Boeing, appelle le groupe à être "humble" et "transparent", au moment où il traverse la plus grave crise de ses 103 ans d'histoire, a dit à l'AFP son entourage.

"Il veut s'assurer que nous ayons une culture [d'entreprise] adéquate", a déclaré une source. "Ce qui signifie être plus humble et transparent", a-t-elle ajouté, alors que l'avionneur travaille à obtenir une remise en service du 737 MAX, cloué au sol depuis dix mois après deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts.

M. Calhoun prend ses fonctions après une semaine mouvementée pour Boeing, marquée par la divulgation de messages embarrassants d'employés dans lesquels ils moquent les régulateurs, les compagnies aériennes et s'interrogent sur les compétences de leurs collègues ingénieurs.

"Ceci est une plaisanterie", écrivait un employé en septembre 2016, en référence au 737 MAX. "Cet avion est ridicule".

"Design nul", fustigeait un autre en avril 2017.

"Reconstruire la confiance avec nos clients"
M. Calhoun va passer sa première semaine à Chicago, le siège social du groupe, et se rendra la semaine prochaine dans l'État de Washington (ouest), où se trouvent les principales usines du constructeur.

Il visitera l'usine de Renton, près de Seattle, qui fabrique le 737 MAX, et celle d'Everett, productrice du 777/777X, du 767, du 747 et du 787.

"Ensemble, nous allons renforcer notre approche de la sécurité [des avions], améliorer la transparence et reconstruire la confiance avec nos clients, nos régulateurs, nos sous-traitants et les voyageurs", déclare M. Calhoun dans un courrier adressé aux salariés et rendu public par le constructeur aéronautique.

"J'ai confiance en l'avenir de Boeing, y compris dans le 737 MAX", souligne-t-il.

Nouveau départ après une gestion jugée catastrophique
Les déboires du 737 MAX ont déjà coûté 9,2 milliards de dollars à Boeing et la facture devrait encore augmenter lors de la publication des résultats du quatrième trimestre le 29 janvier.

Ancien cadre dirigeant de General Electric (GE) et de la société d'investissements Blackstone, M. Calhoun, 62 ans, a été nommé le 23 décembre pour remplacer Dennis Muilenburg, dont la gestion de la crise du MAX était jugée catastrophique.

Ce dernier avait notamment essayé de faire pression sur l'agence fédérale de l'aviation (FAA) pour qu'elle approuve au plus vite le MAX, ce qui avait contribué à des tensions inédites avec le régulateur américain.

Les premiers pas de M. Calhoun étaient salués timidement à Wall Street, où le titre gagnait 0,60% dans les premiers échanges.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mar 14 Jan 2020 08:54

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Mar 14 Jan 2020 08:54 
Hors ligne
Observateur Avisé
Observateur Avisé

Inscription: Ven 06 Jan 2012 07:21
Localisation: St No/Les Avirons
Boeing : les salariés décrivent l'explosion d'une culture d'entreprise gangrénée par l'arrogance et la cupidité.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/boeing-les-salaries-decrivent-l-explosion-d-une-culture-d-entreprise-gangrenee-par-l-arrogance-et-la-cupidite-837014.html

Boeing a rendu public jeudi dernier des centaines de messages internes issus d'échanges entre salariés dont le ton est particulièrement cinglants à l'égard du 737 MAX, un appareil "conçu par des clowns placés sous la supervision de singes". Ces messages dévoilent aussi les tentatives du groupe de contourner les règles de l'administration de l'aviation civile américaine (FAA) et des autorités de régulation étrangères. Cet exercice de contrition pourrait aggraver la crise au sein de l'avionneur, qui peine à restaurer son image après les accidents d'un avion de la Lion Air, en octobre 2018, puis d'un autre de l'Ethiopian Airlines, en mars dernier qui ont fait 346 morts au total.

Mépris des régulateurs, des compagnies aériennes et de leurs propres collègues: une série de messages embarrassants de salariés de Boeing, dévoilés dans un souci de transparence par le constructeur jeudi dernier, livre un portrait peu flatteur de l'avionneur et dépeint une culture interne marquée par "l'arrogance" et le souci de réduire à tout prix les coûts.

Ces communications, au ton souvent acerbe et cavalier, montrent que les difficultés actuelles de Boeing vont au-delà du 737 MAX, en braquant les projecteurs sur des dysfonctionnements inimaginables dans une entreprise qui fabrique l'avion du président américain Air Force One ou qui a démocratisé le transport aérien.

Minimisation des risques pour ne pas impacter la rentabilité
On y apprend que Boeing a minimisé l'importance du système anti-décrochage MCAS pour éviter une formation des pilotes sur simulateur jugée plus coûteuse et susceptible d'allonger les délais d'approbation du MAX.

C'est pourtant ce logiciel qui est en cause dans les deux accidents de Lion Air et d'Ethiopian Airlines ayant fait 346 morts et entraîné l'immobilisation au sol du MAX.

"Nous devons rester fermes sur le point qu'il n'y aura pas de formation sur simulateur. (...) Nous nous battrons contre tout régulateur qui essaiera d'en faire un préalable", écrit un salarié à son collègue en mars 2017, peu avant l'homologation du MAX.

Quelques mois plus tard, le même salarié, pilote d'essais, se vante d'avoir "permis à (Boeing) d'économiser des tas de dollars".

Ses messages sont contenus dans plus d'une centaine de pages de documents, datant de 2013 à 2018, transmis aux parlementaires américains par Boeing et consultés par l'AFP. À quelques exceptions près, la plupart des noms des employés ont été effacés.

La qualité passée au second plan
En 2018, plusieurs employés travaillant sur les simulateurs du MAX s'inquiètent de nombreuses difficultés techniques rencontrées et de leur origine.

"Mettrais-tu ta famille dans un avion testé sur simulateur MAX ? Moi, je ne le ferais pas", écrit l'un d'eux en février, huit mois avant la première tragédie. "Non", lui répond un collègue.

Deux autres salariés redoutent, eux, les conséquences pour l'image de Boeing, alors que leurs dirigeants semblent obnubilés, selon eux, par l'idée de rattraper le retard pris sur l'A320Neo d'Airbus.

Le choix du sous-traitant le moins cher (et le moins expérimenté)
"Tous leurs messages ne parlent que du respect des délais et font peu état de la qualité", se désole l'un d'eux.

"Nous nous sommes mis tous seuls dans ce pétrin, en choisissant un sous-traitant à bas coûts et en imposant des délais intenables. Pourquoi le sous-traitant low-cost le moins expérimenté a-t-il remporté le contrat? Simplement parce que c'était une question de dollars", poursuit son collègue.
"Présenter des excuses ne suffira pas", prévient Robert Clifford, avocat de familles de victimes d'Ethiopian Airlines.

Quand même les compétences des ingénieurs sont mises en doute
Les documents montrent également des employés de Boeing doutant des compétences des ingénieurs de l'entreprise.

"Ceci est une plaisanterie", écrit un employé en septembre 2016, en référence au 737 MAX. "Cet avion est ridicule".

"Design nul", fustige un autre en avril 2017.

Une culture d'entreprise dévoyée par des dirigeants "qui ne rendent pas de comptes"
Pourtant, Boeing a représenté pendant des décennies le nec plus ultra en matière d'ingénierie. On lui doit le 747, surnommé "reine des Ciels", ainsi qu'une participation au programme Apollo ayant envoyé le premier homme sur La Lune.

Le géant de Seattle et son réseau de sous-traitants sont des mastodontes de l'économie américaine.

"C'est un problème de culture. Ça prendra 5 à 12 ans au moins pour changer de culture", écrit en mai 2018 un salarié.

"C'est systémique", opine un autre un mois plus tard.

"Nous avons une équipe de dirigeants qui comprend très peu l'industrie mais nous impose des objectifs" irréalistes, ajoute-t-il tout en critiquant le fait que certains "ne rendent pas de comptes".
Michel Merluzeau, expert chez Air Insight Research, estime que "Boeing a besoin de réexaminer une culture opérationnelle d'une autre époque".

"Notre arrogance nous perdra."
"Ces documents ne reflètent pas le meilleur de Boeing. Le ton et le langage des messages sont inappropriés, notamment quand il s'agit des problématiques aussi importantes", regrette Greg Smith, le directeur général par intérim, dans un courrier adressé vendredi aux salariés et consulté par l'AFP.

Les communications égratignent aussi les régulateurs aériens, à commencer par l'agence fédérale de l'aviation (FAA), qui a approuvé le MAX.

"Il n'y a aucune certitude que la FAA comprend ce qu'elle approuve" ou non, ironise un employé en février 2016.

Les demandes des compagnies aériennes sont jugées au mieux déraisonnables.

"Maintenant, ces salauds de Lion Air vont peut-être avoir besoin d'un simulateur pour tester le MAX, et ceci à cause de leur stupidité", écrit un salarié en juin 2017. Quels "Idiots!".

Lucide, un autre conclut en février 2018: "Notre arrogance nous perdra."


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mar 14 Jan 2020 09:11

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Mar 14 Jan 2020 09:11 
Hors ligne
Novice Aérien
Novice Aérien

Inscription: Sam 23 Mar 2019 10:22
On dirait que le nouveau patron de Boeing a décidé de crever l'abcès. Il y avait donc des gens en interne qui étaient conscients de la dérive des pratiques de leur entreprise et du danger que celà représentait. Première fois depuis longtemps que je suis optimiste pour l'avenir de Boeing. Puisse cette histoire servir de leçon dans toutes les entreprises tentées par le cost killing à tout va.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mer 15 Jan 2020 18:23

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Mer 15 Jan 2020 18:23 
Hors ligne
Maréchal de l'Air
Maréchal de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 14 Mai 2012 09:02
Localisation: autour de BSN
Boeing : commandes négatives, livraisons en chute en 2019

Boeing a publié comme prévu de mauvaises statistiques commerciales pour l’année 2019, avec « -87 » commandes nettes et seulement 380 livraisons. La compagnie aérienne American Airlines a de nouveau reporté l’arrivée espérée de ses 737 MAX, à début juin, mais la low cost Ryanair espère soudain de premières livraisons dès avril. Le motoriste General Electric a annoncé des mesures de chômage technique pour 70 employés au Québec.

En 2019, le constructeur américain a enregistré -183 commandes nettes pour la famille 737, 26 pour la famille 767, -4 pour la famille 777, et 74 pour la famille 787 Dreamliner. Après annulations et conversions, Boeing a donc terminé l’année avec un backlog moins important qu’à la fin 2018 : 5406 avions restant à livrer, contre 5444 au début 2019.

La crise du 737 MAX est bien sûr responsable de la chute des livraisons l’année dernière à 380 avions, dont 127 monocouloirs 737, sept de la famille 747, 43 de la famille 767 (dont les ravitailleurs en vol), 45 de la famille 777 et 158 de la famille 787 Dreamliner. Ce total n’inclut pas les quelque 400 737 MAX assemblés mais pas livrés depuis la fin mars dernier, les monocouloirs remotorisés ayant été cloués au sol de par le monde après deux accidents en cinq mois qui ont fait 346 victimes chez Lion Air puis Ethiopian Airlines. Les résultats financiers annuels de Boeing seront publiés le 29 janvier ; on connaitra alors l’impact de cette crise.

_________________
Abusus non tollit usum.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Jeu 16 Jan 2020 17:41

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Jeu 16 Jan 2020 17:41 
En ligne
Gonfleur d'Hélice
Gonfleur d'Hélice
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 08 Juin 2009 17:35
Localisation: HKG/CDG
Il va vraiment revoler cet avion? ...en 2020 ?!


_________________
Un voyage en avion, c'est une manière laïque de croire au ciel et de s'en remettre à lui...


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Jeu 16 Jan 2020 18:45

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Jeu 16 Jan 2020 18:45 
Hors ligne
Principicule de Taxiway
Principicule de Taxiway

Inscription: Ven 11 Oct 2019 11:30
tibo m Image a écrit:
Il va vraiment revoler cet avion? ...en 2020 ?!


Pas vraiment de quoi en douter ! :mrgreen:

#Pognon #Fric #Bourse #Parachute_Doré #Aucun_Risque #Gands_Patrons_Sauveurs #Avec_mon_cerveau_tout_seul_je_te_sauve_le_B737Max! #BlaBla #etc...

Citation:
La grosse prime que touchera le nouveau boss de Boeing s’il relance le 737 Max

"À son salaire annuel fixé à 1,4 million de dollars, s'ajouteront des primes de 2,5 millions de dollars de bonus, mais également une prime exceptionnelle de 7 millions de dollars en cas de "remise en service complète et sécuritaire" du 737 Max, détaille Business Insider.

De quoi motiver David Calhoun considéré comme un spécialiste du redressement.
La mission s'annonce tout de même ardue.
Pour rappel, les Boeing 737 Max sont cloués au sol depuis mars 2019 après deux crashs mettant en cause le système anti-décrochage MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) de l'appareil.

Mais pas de quoi inquiéter David Calhoun, persuadé de pouvoir réussir à relancer le 737 Max. "On va le faire, et on va le faire bien", a-t-il affirmé dans un courriel envoyé aux employés ce lundi."

https://www.capital.fr/entreprises-marc ... ax-1359697


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Jeu 16 Jan 2020 18:56

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Jeu 16 Jan 2020 18:56 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 14:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
Pas sûr..

Iceman 29 Image a écrit:
Boeing a un nouveau PDG aujourd'hui. David Calhoun a pris la relève ce matin. Cet après-midi, les sénateurs Ed Markey, Sen Blumenthal et tammy baldwin ont envoyé une lettre au conseil d'administration leur demandant de repenser le bonus de 7 M $ que Calhoun peut recevoir pour la remise en service du 737 Max.


_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Jeu 16 Jan 2020 19:33

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Jeu 16 Jan 2020 19:33 
Hors ligne
Principicule de Taxiway
Principicule de Taxiway

Inscription: Ven 11 Oct 2019 11:30
Oui, mais comment le sénat peut influer sur les primes d'un CEO d'une entreprise privée ?

C'est un peu comme demander à Carlos Ghosn de réduire ses prétentions chez Renault, même quand l'Etat est actionnaire, il s'en bat les couil... , non ? :mrgreen:

On peut toujours "demander" ou "souhaiter", cela reste de la communication politique sans intérêt...


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Jeu 16 Jan 2020 23:37

 Re: Un point sur les Boeing 737 MAX immobilisés
MessagePosté: Jeu 16 Jan 2020 23:37 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 14:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
Par Dominic Gates
Journaliste aérospatial du Seattle Times
Un vote pour décider si un petit groupe de pilotes de sécurité et de formation au pilotage de Boeing dans la région de Seattle quittera leur syndicat a été reporté, en attendant une enquête sur une accusation syndicale selon laquelle Boeing avait violé les lois du travail et manipulé ses membres.

Vendredi, dans un courriel, le bureau régional du National Labor Relations Board (NLRB) a déclaré que l'affaire serait maintenue «en suspens» pendant qu'elle enquêtait sur une accusation de pratique déloyale de travail déposée par le syndicat des cols blancs de Boeing, la Society of Professional Engineering. Employés en aérospatiale (SPEEA).

Il s'agit du deuxième effort controversé parmi les pilotes de Boeing pour évincer le syndicat. Il fait suite à une campagne de décertification de 2016 qui a impliqué Mark Forkner et Patrik Gustavsson, des pilotes dont les échanges concernant le 737 MAX ont provoqué une indignation généralisée lorsqu'ils ont été révélés récemment.

Bien qu'environ 20 des 29 pilotes aient signé une pétition pour un vote afin de se débarrasser du syndicat , la SPEEA allègue que le processus a été entaché par des actions de la direction.

Il accuse Boeing d'offrir des augmentations de salaire importantes uniquement aux pilotes non syndiqués à la fin de l'année dernière et a promis une augmentation de salaire de 25% aux pilotes syndicaux s'ils se retiraient.

Boeing le nie. Le porte-parole de l'entreprise, Paul Bergman, a déclaré que la pétition pour quitter le syndicat "n'avait pas été initiée, demandée ou encouragée par la direction de Boeing".

Ce groupe de pilotes techniques et de sécurité travaille à l'élaboration de matériels de formation et de simulateurs de qualification pour les pilotes de ligne. Il n'a été syndiqué par la SPEEA qu'en 2012.

Le syndicat allègue également que l'unité de négociation a diminué parce que Boeing a retiré du travail au groupe - d'abord en supprimant 38 emplois lors du transfert des installations de formation sur simulateur de vol de Boeing de la région de Puget Sound à Miami en 2013, puis en embauchant des syndicats embaucher des pilotes pour combler des postes chaque fois que des pilotes syndicaux partent.

Le syndicat accuse également que les pilotes de sécurité du groupe, qui devraient normalement participer aux enquêtes sur les accidents aériens pour déterminer si les pilotes aux commandes de l'avion ont suivi les procédures, ont été exclus des deux enquêtes sur le 737 MAX.

Ray Goforth, directeur exécutif de la SPEEA, a déclaré qu'il s'attend à témoigner la semaine prochaine lors d'une audience du NLRB pour examiner les accusations du syndicat.

La précédente tentative infructueuse de décertification du syndicat en 2016 a été officiellement déposée par Gustavsson et soutenue par Forkner, entre autres. Forkner était alors 737 pilote technique en chef. Lorsque Forkner a quitté Boeing en 2018, Gustavsson l'a remplacé en tant que 737 pilote technique en chef.

Leurs échanges liés au développement précoce du 737 MAX ont été révélés dans deux trésors de documents publiés en octobre et la semaine dernière. Les conversations ont inclus des plaisanteries grossières et désobligeantes à propos des responsables des autorités de sécurité aérienne, des clients des compagnies aériennes Boeing et de leurs collègues au sein de Boeing.

Ils ont également exposé des révélations plus sérieuses . Par exemple, plus d'un an avant le crash du vol 610 de Lion Air en 2018, Forkner a fait de gros efforts pour dissuader la compagnie aérienne et le régulateur indonésien de la sécurité aérienne d'exiger que leurs pilotes suivent une formation sur simulateur sur le MAX avant de le piloter. Il a convaincu Lion Air que seul un court cours d'informatique était nécessaire.

Ce travail figure dans les accusations de SPEEA contre Boeing. Goforth a déclaré que Boeing a récompensé les militants antisyndicaux, dont Forkner et Gustavsson, avec des «promotions injustifiées» qui comprenaient d'importantes augmentations de salaire.

Forkner vole maintenant pour Southwest Airlines. Gustavsson est toujours chez Boeing mais ne fait plus partie du syndicat. Aucun pilote n'a répondu aux messages demandant des commentaires.

https://www.seattletimes.com/business/b ... ssion=true

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 570 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 34, 35, 36, 37, 38

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Flux RSS Flux RSS Liste des flux Liste des flux
0 Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO