For quick login in and fast entrance.
M’enregistrer FAQ Connexion 
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8379 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 517, 518, 519, 520, 521, 522, 523 ... 559  Suivante

Ven 13 Aoû 2021 17:58

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Ven 13 Aoû 2021 17:58 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 16:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Aider le Site avec PayPal

Ven 13 Aoû 2021 20:40

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Ven 13 Aoû 2021 20:40 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 16:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
Citation:
MOSCOU, 12 août. /TASS/. Les cosmonautes russes ont passé un test au détecteur de mensonges pour éclaircir la situation concernant un trou découvert sur le vaisseau spatial Soyouz MS-09, alors que les astronautes de la NASA l'ont rejeté, a déclaré jeudi à l'agence TASS une source haut placée dans l'industrie spatiale nationale.

"Les Américains ont refusé de se soumettre au détecteur de mensonges, contrairement aux cosmonautes russes", a déclaré la source.

La partie russe n'a reçu aucune possibilité d'examiner les outils et les forets disponibles sur la Station spatiale internationale pour détecter la présence du reste de copeaux métalliques provenant de la coque du vaisseau Soyouz MS-09, a-t-il souligné.

Le 30 août 2018, une baisse de la pression de l'air a été détectée à bord de la Station spatiale internationale. Il s'est avéré par la suite que l'air fuyait par un trou dans le compartiment d'habitation de l'engin spatial Soyouz MS-09. Les spécialistes ont conclu que le trou avait été percé dans la coque du vaisseau spatial depuis l'intérieur.

Le chef de la société spatiale d'État russe Roscosmos, Dmitri Rogozine, a annoncé en septembre 2019 que l'agence spatiale russe connaissait l'origine du trou, mais qu'elle ne divulguerait pas cette information au public.


https://tass.com/science/1325247

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Sam 14 Aoû 2021 14:31

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Sam 14 Aoû 2021 14:31 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 16:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
Citation:

Le service d'information public russe, TASS, a publié un article extrêmement diffamatoire sur l'astronaute de la NASA Serena Auñón-Chancellor. La publication affirme qu'Auñón-Chancellor a eu une dépression émotionnelle dans l'espace, puis a endommagé un vaisseau spatial russe afin de revenir plus tôt. Ceci, bien sûr, est une fabrication complète.

Image

Le contexte de l'article est l' amarrage récent et presque catastrophique du module scientifique russe Nauka avec la Station spatiale internationale. L'article de TASS tente de réfuter les critiques dans les publications américaines ( y compris Ars Technica ) qui ont couvert l'incident et ont soulevé des questions sur l'avenir du partenariat Roscosmos-NASA dans l'espace.

L'une des douze réfutations contenues dans l'article de TASS concerne un incident de 2018 : une brèche de 2 mm dans le module orbital du véhicule Soyouz MS-09 amarré à la Station spatiale internationale. Le cosmonaute russe Sergey Prokopyev, l'astronaute de l'Agence spatiale européenne Alexander Gerst et le chancelier Auñón de la NASA s'étaient rendus à la station à l'intérieur de ce Soyouz en juin. La fuite a été découverte fin août.

L'attention s'est rapidement tournée vers ce qui avait fait apparaître le trou. Un impact de micrométéoroïde a été exclu. Certains médias russes ont rapporté que cela avait été causé par un défaut de fabrication ou de test, et cela semble être la théorie la plus plausible. Dans le même temps, cependant, des sources au sein du gouvernement russe ont lancé des rumeurs sans fondement selon lesquelles peut-être un astronaute mécontent de la NASA avait percé le trou.

Pour obtenir plus de données, deux cosmonautes russes ont effectué une sortie dans l'espace spectaculaire en décembre 2018 et ont utilisé des couteaux pour couper l'isolation extérieure du véhicule Soyouz. Ils ont échantillonné le site où se trouvait le trou et ont pris des images haute définition et une vidéo GoPro de l'extérieur du site de la fuite pour aider les enquêteurs russes à déterminer la cause du trou. Prokopyev, Gerst et Auñón-Chancellor sont ensuite revenus sains et saufs sur Terre dans le Soyouz fin décembre. Si les Russes ont terminé leur enquête sur la cause du trou, ils ne l'ont jamais rendu public.

Dans le rapport publié jeudi, cependant, TASS rouvre l'affaire. Le format de l'histoire est tel que le journaliste Mikhail Kotov interviewe un "responsable de haut rang de l'industrie spatiale russe" anonyme. Sur la base des commentaires faits par cette personne, la source est probablement le chef de la société spatiale russe Roscosmos, Dmitry Rogozin.

Voici une traduction de la partie pertinente de l'article, complétée par Rob Mitchell pour Ars. L'article original a été publié en russe :

"Afin d'établir ce qui s'est réellement passé lors de l'incident du "trou dans le Soyouz", plusieurs sorties dans l'espace ont été effectuées par des cosmonautes russes en décembre 2018. Ils se sont rendus au module orbital du navire (Soyouz) qui avait été endommagé et ont effectué les tests nécessaires.

Gardez à l'esprit que ce genre de dommages n'aurait pas pu se produire sur Terre, car le navire est testé dans une chambre à vide avant le lancement. S'il y avait eu un trou, la pression dans le navire aurait chuté rapidement et il n'aurait pas passé le test de vide. Ainsi, Roscosmos a exclu le scénario selon lequel le Soyouz MS-09 aurait été endommagé sur Terre.

Concernant la possibilité que le trou ait été causé en orbite, il faut tenir compte de plusieurs circonstances, précise ma source anonyme. Tout d'abord, la maladie de la femme astronaute, qui est le premier incident connu de thrombose veineuse profonde en orbite, et le fait que Serena Maria Auñón-Chancellor en ait souffert a été publié dans un article scientifique.seulement après son retour sur Terre. Cela aurait pu provoquer « une crise psychologique aiguë », qui aurait pu conduire à des tentatives par divers moyens pour accélérer son retour sur la planète, selon ma source anonyme. Deuxièmement, pour une raison inconnue de Roscosmos, la caméra vidéo à la jonction des segments russe et américain ne fonctionnait pas à ce moment-là. Troisièmement, les Américains ont refusé d'effectuer un examen polygraphique, tandis que les cosmonautes russes ont été polygraphiés. Quatrièmement, la Russie n'a jamais eu l'occasion d'étudier les outils et la perceuse qui se trouvent à bord de l'ISS pour voir s'il y a des traces de copeaux métalliques de la coque du module orbital de notre navire.

Enfin, et cinquièmement, sur huit trous, un seul traversait la coque. Les autres étaient des sauts de la perceuse, ce qui suggère de forer dans des conditions d'apesanteur sans support nécessaire. Un trou a été percé dans le cadre (une nervure transversale de la coque du navire), c'est-à-dire que celui qui l'a percé n'était pas formé à la construction du Soyouz MS."

l y a un certain nombre d'aspects troublants dans cet article, en particulier en ce qui concerne le Dr Auñón-Chancellor, qui était la seule femme à bord de la station à l'époque. Premièrement, il révèle publiquement son état de santé en orbite non divulgué auparavant, qui a été traité avec succès à son retour sur Terre. Ensuite, l'article de TASS dit qu'une telle condition aurait pu provoquer une "crise psychologique" qui l'a incitée à vouloir retourner sur Terre plus tôt. La théorie russe ici est que, apparemment en endommageant le véhicule Soyouz, Auñón-Chancellor inciterait les autorités russes et de la NASA à lui permettre de retourner immédiatement sur Terre.

Ensuite, l'article affirme qu'une caméra vidéo qui aurait pu montrer des astronautes de la NASA entrant dans le segment russe de la station spatiale – où le véhicule Soyouz était amarré – a peut-être été falsifiée. L'article indique également que les astronautes de la NASA ont refusé un test polygraphique sur l'incident et que les cosmonautes russes n'étaient pas autorisés à évaluer les outils américains sur la station qui auraient pu être utilisés pour percer la coque du vaisseau.

Personne n'est parfait, bien sûr. Les astronautes sont des gens, et tous les gens ont des défauts. Mais l'idée qu'un astronaute de la NASA se soit mis en orbite et ait décidé de se frayer un chemin à travers un module de pression, avec seulement du vide de l'autre côté, est absurde.

De plus, il y a une explication très raisonnable pour le trou. L'article de TASS écarte la possibilité que le problème se soit produit sur Terre, avant le lancement. Mais c'est presque certainement ce qui s'est passé. Très probablement, un technicien a accidentellement endommagé le vaisseau spatial Soyouz et a cherché à dissimuler cette erreur en appliquant un patch de fortune, peut-être une forme de super colle. Un tel patch aurait résisté lors d'un test en chambre à vide sur Terre mais aurait finalement échoué lors d'une exposition prolongée en orbite. Et passer par des cycles thermiques répétés dans et hors de l'ombre de la Terre n'aurait pas rendu service au patch. Les ingénieurs russes doivent le savoir.

La réponse de la NASA à l'histoire de TASS, via une déclaration de l'agence spatiale jeudi soir, suscite plus de questions que de réponses concernant une charge majeure d'un partenaire critique de la station spatiale :

"Tous les partenaires de la Station spatiale internationale se consacrent à la sécurité de la mission et au bien-être de l'équipage. Les partenaires de la Station spatiale internationale participent tous à de multiples examens avant chaque activité majeure de la station pour évaluer et assurer la sécurité de tous les membres d'équipage. Le trou qui a été détecté fin août 2018 par l'équipage de la station spatiale a été rapidement scellé, rétablissant une pression étanche à l'air dans la station. Les cosmonautes russes ont effectué une sortie dans l'espace en décembre pour recueillir des données d'ingénierie supplémentaires pour les spécialistes russes sur Terre et pour examiner de l'extérieur l'efficacité de la réparation interne. Le vaisseau spatial Soyouz a été soigneusement vérifié et jugé sûr pour que l'équipage retourne sur Terre, ce qu'il a fait le 20 décembre 2018.

Pour protéger leur vie privée, l'agence ne discutera pas des informations médicales concernant les membres d'équipage."

Cette déclaration n'exonère pas Auñón-Chancellor. Les responsables des relations publiques de la NASA ont apparemment pesé s'ils devaient défendre leur astronaute et répondre à quelque chose de manifestement ridicule ou, par souci de commodité, éviter de se lancer dans un match de ping-pong avec Roscosmos. Ils ont choisi ce dernier.

https://arstechnica.com/science/2021/08 ... r-the-bus/







_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mer 18 Aoû 2021 00:19

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Mer 18 Aoû 2021 00:19 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 16:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Jeu 19 Aoû 2021 09:44

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Jeu 19 Aoû 2021 09:44 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 16:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
Les satellites SpaceX Starlink sont responsables de plus de la moitié des rencontres rapprochées en orbite, selon un scientifique.

Par Tereza Pultarova

Les satellites Starlink pourraient bientôt être impliqués dans 90% des rencontres rapprochées entre deux engins spatiaux en orbite terrestre basse.

Les opérateurs de constellations de satellites sont constamment contraints de déplacer leurs satellites en raison de rencontres avec d'autres engins spatiaux et des débris spatiaux. Et, grâce aux satellites Starlink de SpaceX , le nombre d'approches aussi dangereuses continuera d'augmenter, selon les estimations basées sur les données disponibles.

Les satellites Starlink de SpaceX à eux seuls sont impliqués dans environ 1 600 rencontres rapprochées entre deux engins spatiaux chaque semaine, selon Hugh Lewis, chef du groupe de recherche en astronautique de l'Université de Southampton, au Royaume-Uni. Ces rencontres incluent des situations dans lesquelles deux engins spatiaux passent à une distance de 0,6 mille (1 kilomètre) l'un de l'autre.

Lewis, le plus grand expert européen des débris spatiaux, fait des estimations régulières de la situation en orbite sur la base des données de la base de données Socrates (Satellite Orbital Conjunction Reports Assessing Threatening Encounters in Space). Cet outil, géré par Celestrack, fournit des informations sur les orbites des satellites et modélise leurs trajectoires dans le futur pour évaluer le risque de collision.

Lewis publie des mises à jour régulières sur Twitter et a constaté une tendance inquiétante dans les données qui reflète le déploiement rapide de la constellation Starlink.

"J'ai examiné les données remontant à mai 2019, lorsque Starlink a été lancé pour la première fois pour comprendre le fardeau de ces mégaconstellations", a déclaré Lewis à Space.com. "Depuis lors, le nombre de rencontres enregistrées par la base de données Socrates a plus que doublé et nous sommes maintenant dans une situation où Starlink représente la moitié de toutes les rencontres."

Les 1 600 passes rapprochées actuelles incluent celles entre deux satellites Starlink. Hors ces rencontres, les satellites Starlink approchent les vaisseaux spatiaux d'autres opérateurs 500 fois par semaine.

En comparaison, le concurrent de Starlink, OneWeb , qui survole actuellement plus de 250 satellites, est impliqué dans 80 passes rapprochées avec les satellites d'autres opérateurs chaque semaine, selon les données de Lewis.

Et la situation ne peut qu'empirer. Jusqu'à présent, seuls 1 700 satellites d'une constellation attendue de dizaines de milliers ont été placés en orbite. Une fois que SpaceX aura lancé les 12 000 satellites de sa constellation de première génération, les satellites Starlink seront impliqués dans 90 % de toutes les approches rapprochées, suggèrent les calculs de Lewis.

Le risque de collision

Siemak Heser, PDG et co-fondateur de Boulder, Colorado, basé à Kayhan Space, confirme la tendance. Sa société, qui développe un système commercial autonome de gestion du trafic spatial, estime qu'en moyenne, un opérateur gérant une cinquantaine de satellites recevra jusqu'à 300 alertes officielles de conjonction par semaine. Ces alertes incluent des rencontres avec d'autres satellites ainsi que des débris. Sur ces 300 alertes, jusqu'à dix obligeraient les opérateurs à effectuer des manœuvres d'évitement , a déclaré Hesar à Space.com.

Kayhan Space fonde ses estimations sur les données fournies par le US Space Surveillance Network . Ce réseau de radars et de télescopes, géré par l'US Space Force, surveille de près environ 30 000 satellites vivants et disparus et des débris jusqu'à la taille de 4 pouces (10 centimètres) et fournit les données de localisation les plus précises des objets en orbite.

La taille de ce catalogue devrait être multipliée par dix dans un avenir proche, a ajouté Hesar, en partie en raison de la croissance des mégaconstellations, telles que Starlink, et en partie à mesure que les capteurs s'améliorent et permettent la détection d'objets encore plus petits. Plus il y a d'objets dans le catalogue, plus les rencontres sont dangereusement rapprochées.

"Ce problème devient vraiment incontrôlable", a déclaré Hesar. "Les processus actuellement en place sont très manuels, non évolutifs, et il n'y a pas assez de partage d'informations entre les parties qui pourraient être affectées en cas de collision."

Hesar a comparé le problème à la conduite sur une autoroute sans savoir qu'il y a eu un accident à quelques kilomètres de vous. Si deux engins spatiaux entrent en collision en orbite, le nuage de débris généré par le crash menacerait d'autres satellites voyageant dans la même zone.

"Vous voulez avoir cette connaissance de la situation pour les autres acteurs qui volent dans le quartier", a déclaré Hesar.

Mauvaises décisions

Malgré les inquiétudes, seules trois collisions orbitales confirmées se sont produites jusqu'à présent. Plus tôt cette semaine, l'astrophysicien et traqueur de satellites Jonathan McDowell, basé au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics à Cambridge, Massachusetts, a trouvé des preuves dans les données Space-Track que le satellite météorologique chinois Yunhai 1-02 , qui s'est désintégré en mars de cette année, a en fait été touché par un débris spatial.

La pire collision spatiale connue de l'histoire a eu lieu en février 2009 lorsque le satellite de télécommunication américain Iridium 33 et le défunt satellite militaire russe Kosmos-2251 se sont écrasés à une altitude de 789 kilomètres. L'incident a engendré plus de 1 000 morceaux de débris de plus de 4 pouces (10 cm). Beaucoup de ces fragments ont ensuite été impliqués dans d'autres incidents orbitaux.

Lewis craint qu'avec l'augmentation du nombre de passes rapprochées, le risque que les opérateurs prennent une mauvaise décision à un moment donné augmente également. Les manœuvres d'évitement coûtent du carburant, du temps et des efforts. Par conséquent, les opérateurs évaluent toujours soigneusement ces risques. Une décision de ne pas effectuer de manœuvre d'évitement suite à une alerte, comme celle prise par Iridium en 2009, pourrait cependant encombrer l'environnement orbital pendant des années et des décennies.

"Dans une situation où vous recevez des alertes quotidiennement, vous ne pouvez pas manœuvrer pour tout", a déclaré Lewis. "Les manœuvres utilisent du propulseur, le satellite ne peut pas fournir de service. Il doit donc y avoir un certain seuil. Mais cela signifie que vous acceptez un certain risque. Le problème est qu'à un moment donné, vous risquez de prendre une mauvaise décision."

Hesar a déclaré que les incertitudes sur les positions des satellites et des débris sont encore considérables. Dans le cas de satellites opérationnels, l'erreur peut atteindre 100 mètres (330 pieds) de large. Lorsqu'il s'agit d'un débris, l'incertitude quant à sa position exacte peut être de l'ordre d'un mile ou plus.

"Cet objet peut être n'importe où dans cette bulle de plusieurs kilomètres", a déclaré Hesar. "À ce stade, et dans un avenir prévisible, l'évitement est notre meilleur recours. Les gens qui disent" Je vais prendre le risque ", à mon humble avis, c'est une chose irresponsable à faire."

Le monopole de Starlink

Lewis s'inquiète de l'influence croissante d'un seul acteur - Starlink - sur la sécurité des opérations orbitales. D'autant plus, dit-il, que la société de vols spatiaux n'est entrée dans le monde des opérations satellitaires que récemment.

"Nous faisons confiance à une seule entreprise, pour faire la bonne chose", a déclaré Lewis. "Nous sommes dans une situation où la plupart des manœuvres que nous voyons impliqueront Starlink. Ils étaient auparavant un fournisseur de lancement, maintenant ils sont le plus grand opérateur de satellites au monde, mais ils ne le font que depuis deux ans, donc il y a un certain nombre de inexpérience."

SpaceX s'appuie sur un système autonome d'évitement des collisions pour éloigner sa flotte des autres engins spatiaux. Cela, cependant, pourrait parfois introduire d'autres problèmes. Les ajustements orbitaux automatiques modifient la trajectoire prévue et rendent donc les prédictions de collision plus compliquées, selon Lewis.

"Starlink ne publie pas toutes les manœuvres qu'ils effectuent, mais on pense qu'ils effectuent de nombreuses petites corrections et ajustements tout le temps", a déclaré Lewis. "Mais cela cause des problèmes à tout le monde parce que personne ne sait où le satellite va être et ce qu'il va faire dans les prochains jours."

https://www.space.com/spacex-starlink-s ... n-the-rise

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Jeu 19 Aoû 2021 13:39

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Jeu 19 Aoû 2021 13:39 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 16:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
LA NASA CHERCHE UN MOYEN DE SE DÉBARRASSER DE L’ISS.

ARIELLE LOVASOA | 18 août, 2021 at 12:35

Image

Il y a quelques jours, nous vous rapportions de l’ISS a frôlé la catastrophe. En effet, les propulseurs du module russe Nauka se sont déclenchés accidentellement, ce qui a fait faire une rotation complète et demie à la station spatiale internationale. Outre cet incident, il faut dire que l’ISS n’a pas fini de préoccuper la NASA.

L’United Press International (UPI) a récemment rapporté que l’agence spatiale américaine se penche actuellement sur un moyen de se débarrasser de l’ISS. En effet, la station qui a nécessité des décennies de recherches inestimables en microgravité est actuellement source de préoccupations, car elle arrivera bientôt à sa retraite.

Pour rappel, l’ISS a été lancée dans le cadre d’une série de missions menées par la NASA et la Russie à partir de 1998. A cette époque, les experts lui donnaient une durée de vie de 30 ans. Ainsi, l’ISS devrait ne plus être opérationnelle en 2028.

La NASA et ses partenaires planchent sur la manière de désorbiter l’ISS en toute sécurité
D’après les informations de Space.com, ce n’est pas la première fois que les experts de la NASA pensent à un plan pour mettre l’ISS hors service. Un plan a d’ailleurs été approuvé par un comité de sécurité de l’agence spatiale américaine en 2019. Ce plan consiste à utiliser au moins deux vaisseaux spatiaux Progress, conçus par la Russie, afin de déplacer l’ISS – qui pèse quand même 450 tonnes – dans l’atmosphère terrestre.

Une fois dans notre atmosphère, l’ISS devrait se désintégrer. Seulement, il y a un hic. En effet, la Russie a déclaré que ses astronautes quitteront l’ISS d’ici 2025 et le plan pourrait ainsi être remis en question. Mais la porte-parole de la NASA, Leah Cheshier, a rassuré que « la NASA continue de travailler avec ses partenaires internationaux pour assurer un plan de désorbite sûr de la station et envisage un certain nombre d’options ».

La Russie va-t-elle aider la NASA le moment venu ?

Néanmoins, la NASA compte toujours un peu sur le soutien de la Russie pour la concrétisation du plan d’élimination de l’ISS. Comme l’explique Patricia Sanders, la présidente du panel de sécurité de la NASA, « les Russes ont accepté en principe de fournir la capsule Progress. (…) Planifier comme ça n’est jamais facile avec la station spatiale parce que nous avons une communauté internationale. Donc, vous ne pouvez pas décider unilatéralement de quoi faire là-bas ».

La NASA a également déclaré dans un communiqué que les gouvernements partenaires internationaux ont approuvé le fonctionnement de l’ISS jusqu’au moins en décembre 2024. Pour ce qui est de la suite, la NASA a ajouté que l’ISS devrait techniquement pouvoir voler jusqu’en fin 2028. Cependant, l’agence spatiale américaine n’a pas encore de plans déterminés pour ce qui est de la manière de se débarrasser du reste des débris spatiaux que pourrait laisser l’ISS.

https://www.fredzone.org/la-nasa-cherch ... -liss-9885

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mar 24 Aoû 2021 00:01

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Mar 24 Aoû 2021 00:01 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 16:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mar 24 Aoû 2021 00:02

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Mar 24 Aoû 2021 00:02 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 16:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
Booster 4. Starship.

Image

Image

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mar 24 Aoû 2021 22:30

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Mar 24 Aoû 2021 22:30 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 16:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
ISS : UNE SORTIE DANS L'ESPACE ANNULÉE À CAUSE D'UN SOUCI MÉDICAL.

Un petit retard inattendu. La Nasa a annoncé ce 23 août qu'elle repoussait au dernier moment une sortie dans l'espace prévue pour deux astronautes présents à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

L'agence américaine a évoqué un «problème médical mineur» de l'un des astronautes concernés pour justifier ce report. Mark Vande Hei, Américain âgé de 54 ans, est celui qui souffre du problème en question, sans qu'aucun détail concernant sa santé n'ait été dévoilé par la Nasa. Celui-ci doit encore rester en orbite autour de la Terre jusqu'au printemps prochain.

Lui et Akihiko Hoshide devaient sortir ce mardi 24 août pour installer un support de fixation pour l'installation prochaine d'un panneau solaire. La Nasa a indiqué que repousser cette mission n'était pas un problème. Aucune date pour la prochaine sortie n'a été prévue, mais elle devrait intervenir après le 28 août, date à laquelle un cargo doit s'amarrer à la station.


L'agence américaine insiste sur le fait que le problème médical de Mark Vande Hei n'était pas une urgence. Il n'y a donc aucune raison de s'inquiéter concernant sa santé ou un éventuel rapatriement sur Terre plus tôt que prévu. Une telle situation ne s'est d'ailleurs jamais produite, puisque les astronautes sont particulièrement surveillés tout au long de leur séjour dans l'ISS.

https://www.cnews.fr/monde/2021-08-24/i ... al-1118897

Je remet le tweet effacé.


_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Jeu 26 Aoû 2021 16:46

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Jeu 26 Aoû 2021 16:46 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 16:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
NS-17.

UNE MISSION AXÉE SUR LA SCIENCE ET LA RECHERCHE

L’objectif de ce tir, identifié par le nom de code NS-17 (pour signifier la dix-septième mission de New Shepard), est essentiellement technique et scientifique. En tout, l’engin, qui décollera depuis le Texas, là où se trouve le pas de tir Launch Site One de Blue Origin, va transporter vingt charges utiles, dont plus de la moitié pour le compte de l’agence spatiale américaine (Nasa).

11 des 18 charges utiles commerciales sont soutenues par la Nasa. Par ailleurs, la fusée accueillera une installation artistique sur son fuselage, mais également une technologie qui servira à la Nasa dans le cadre de ses futures opérations spatiales de désorbitage, descente et atterrissage. C’est la deuxième fois que cette technologie est testée. La première fois, c’était en novembre 2020.

https://www.numerama.com/sciences/72927 ... -bord.html

Lancement reporté du 25 au 26:

Le live :



Plusieurs employés importants claquent la porte de Blue Origin

Business Par Antoine Gautherie le 24 août 2021 à 12h30

Plusieurs employés importants de Blue Origin auraient récemment claqué la porte, pour des raisons encore floues. Si ces départs ne mettent pas l'entreprise en danger, ils pourraient tout de même avoir des conséquences.

Mais que se passe-t-il chez Blue Origin ? D’après des informations obtenues par CNBC et relayées par SlashGear, l’entreprise souffrirait apparemment d’une véritable fuite des cerveaux; la firme aurait récemment perdu “au moins 17” ’ingénieurs et autres employés très importants, qui occupaient des postes critiques pour l’entreprise.


La plupart de ces départs seraient survenus peu après le vol très médiatisé de son fondateur Jeff Bezos. Selon CNBC, cette liste comprendrait de nombreux directeurs affectés à des postes très importants dans les ventes ou les relations avec les institutions. Du personnel technique ultra-qualifié, aux compétences rares, a également claqué la porte; c’est le cas de Dave Sanderson, l’un des cerveaux de l’équipe en charge de la propulsion. Et il y a encore plus grave pour Blue Origin : parmi les démissionnaires, on retrouve aussi plusieurs hauts responsables et ingénieurs clés du programme New Glenn, la future génération de fusées développée par Blue Origin.

L’entreprise assure par l’intermédiaire d’un porte-parole cité par CNBC qu’elle “continuera à assurer un rôle majeur” dans cette industrie. Elle indique aussi qu’elle dispose de “grands talents” pour le faire. Et effectivement, Blue Origin dispose d’un vivier d’employés considérable (plus de 3500); ils pourront très certainement trouver des gens talentueux capables de prendre le relais des démissionnaires. Le discours se veut donc rassurant, et l’avenir de l’entreprise ne semble aucunement menacé. En revanche, on imagine que l’entreprise se serait volontiers passée de cette vague de départs, et ce pour plusieurs raisons.

Un timing inopportun pour Blue Origin

Car s’ils ne seront certainement pas suffisants pour faire capoter le projet, ces départs pourraient tout de même causer des délais dans la conception de New Glenn… et donc à un retard sur la concurrence. Une notion à laquelle Jeff Bezos est allergique; rappelons que des retards de ce genre avaient déjà causé le départ du président des opérations Terry Benedict l’année dernière. Si un tel scénario survenait, il s’agirait d’un nouveau revers considérable pour Blue Origin; l’entreprise a déployé des efforts considérable pour tenter de s’emparer du leadership dans cette nouvelle course à l’espace.


L’autre point embarrassant, c’est le message qu’envoient ces départs. En effet, certains des anciens employés sont directement partis sonner chez la concurrence. Les raisons de ces démissions restent floues à l’heure actuelle. Mais quelles qu’elles soient, ce constat vient renforcer l’image d’une entreprise aux conditions de travail peu enviables; CNBC remarque par exemple que sur le réseau professionnel Glassdoor, le taux d’approbation des employés de Blue Origin est peu flatteur. Un constat qui rappelle une autre entreprise fondée par Jeff Bezos, et qui contraste nettement avec le taux d’approbation de SpaceX… chez qui certains démissionnaires auraient trouvé un point de chute. Évidemment, il s’agit d’une métrique plus que discutable, mais qui reste néanmoins intéressante.

SpaceX semble être la coqueluche de la NASA, au grand dam de l’écurie bleue.

“L’affaire HLS”, la goutte qui a fait déborder le vase ?

“L’affaire HLS” aurait aussi pu jouer un rôle. Comme SpaceX, Blue Origin était pressenti hériter d’un contrat avec la NASA pour le Human Landing System, le futur alunisseur de la mission Artemis. Mais contre toute attente, l’entreprise de SpaceX a été la seule à bénéficier du précieux sésame. Une décision qui a révolté Blue Origin; l’entreprise a depuis intenté un procès à la NASA, qui a paralysé les travaux sur le HLS. Mais Jeff Bezos a beau faire des pieds et des mains, son écurie n’a toujours aucune garantie de prendre part au retour de l’Homme sur la Lune. Il est possible que cette incertitude ait pu avoir raison de la motivation de certains employés.

Il n’y a certainement pas de soucis à se faire pour la survie de Blue Origin, qui devrait se remettre de ces départs. Mais la dynamique générale qui se dessine n’est pas des plus rassurantes; en retard sur son propre calendrier, snobée par la NASA qui a fait de SpaceX sa coqueluche et désormais désavouée par certains employés, l’écurie de Jeff Bezos a résolument mal négocié le premier virage de cette course. Reste à attendre le verdict de son procès contre la NASA; s’il était en faveur de l’écurie bleue, cela pourrait bien lui remettre le pied à l’étrier.

https://www.journaldugeek.com/2021/08/2 ... ue-origin/

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Jeu 26 Aoû 2021 19:17

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Jeu 26 Aoû 2021 19:17 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 16:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
https://mobile.twitter.com/actuxspace/s ... 8447365122

Le réservoir de test GSE-4 a été pressurisé la nuit dernière avec de l'azote cryogénique.
L'objectif étant de récolter des données pour préparer la ferme orbitale à sa mise en service.

Image

Les équipes ont commencé à délimiter la zone de construction du deuxième HighBay.

Elon Musk l'avait annoncé il y a quelques semaines. Il sera plus large et culminera à 100m d'altitude (contre 82m pour le premier).

Image

La pose des tuiles de S20 se termine en attendant les premiers tests de pressurisation.

Le booster B4 continu d'être équipé en vue de sa campagne de test. Un carénage protègeant les COPVs a été ajouté et les premiers moteurs prévus pour le vol sont installés.

Image

Image

Image

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Ven 27 Aoû 2021 20:09

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Ven 27 Aoû 2021 20:09 
Hors ligne
Gonfleur d'Hélice
Gonfleur d'Hélice
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 08 Juin 2009 19:35
Localisation: HKG/CDG
Cette vue du retour de Blue Origin hier !!!! :shock:


_________________
Un voyage en avion, c'est une manière laïque de croire au ciel et de s'en remettre à lui... (B.Pivot)


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Ven 27 Aoû 2021 20:10

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Ven 27 Aoû 2021 20:10 
Hors ligne
Gonfleur d'Hélice
Gonfleur d'Hélice
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 08 Juin 2009 19:35
Localisation: HKG/CDG
Et départ d'une Falcon 9 demain matin :


_________________
Un voyage en avion, c'est une manière laïque de croire au ciel et de s'en remettre à lui... (B.Pivot)


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Sam 28 Aoû 2021 00:44

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Sam 28 Aoû 2021 00:44 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 16:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)


Image

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Sam 28 Aoû 2021 10:22

 Re: La tête dans les étoiles
MessagePosté: Sam 28 Aoû 2021 10:22 
Hors ligne
Gonfleur d'Hélice
Gonfleur d'Hélice
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 08 Juin 2009 19:35
Localisation: HKG/CDG
Le lien pour le live (lancement dans 15min!) :



UPDATE: ANNULATION DU TIR (cause météo) - report de 24h....

_________________
Un voyage en avion, c'est une manière laïque de croire au ciel et de s'en remettre à lui... (B.Pivot)


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8379 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 517, 518, 519, 520, 521, 522, 523 ... 559  Suivante

Heures au format UTC + 2 heures [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Flux RSS Flux RSS Liste des flux Liste des flux
0 Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO