For quick login in and fast entrance.
M’enregistrer FAQ Connexion 
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 messages ] 

Ven 09 Aoû 2019 08:55

 Sécurité civile : le SOS des pilotes d'hélicoptères
MessagePosté: Ven 09 Aoû 2019 08:55 
Hors ligne
Commandant des Nuages
Commandant des Nuages
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 30 Juil 2007 22:42
Flotte vieillissante, appareils en nombre insuffisant, gabegie... Les pilotes de l'aéronautique civile tirent la sonnette d'alarme.

Citation:
Une fois n'est pas coutume, ce sont eux qui appellent à l'aide. Les 220 mécaniciens et pilotes d'hélicoptères de la Sécurité civile, qui assurent tout au long de l'année des missions de secours aux biens et aux personnes, en ville comme en pleine mer ou en haute montagne, de jour comme de nuit, dans les conditions les plus difficiles, tirent la sonnette d'alarme. « Nous ne sommes plus en mesure d'assurer un service public digne de ce nom », assure Fabrice Chrétien, secrétaire général du Syndicat national du personnel navigant de l'aéronautique civile (SNPNAC), lui-même chef pilote sur plusieurs bases de l'est de la France.

Faute d'un nombre suffisant d'appareils en état de marche, le groupement d'hélicoptères de la société civile a été contraint de fermer quatre bases et un détachement, cet été, y compris dans certains secteurs très touristiques. En Île-de-France, un seul Airbus Helicopters H 145 (le fameux EC 145, ainsi rebaptisé) est opérationnel, pour un bassin de population de 20 millions d'habitants. Il a suffi qu'un appareil, qui effectuait un treuillage en mer sur l'île de la Martinique, heurte une ligne à haute-tension pour en arriver à ce résultat. « On a prélevé un aéronef de notre base d'Issy-les-Moulineaux pour remplacer l'hélicoptère endommagé aux Antilles. Notre détachement du Luc (Var) a dû être fermé pour réarmer la base de Cannes, qui ne disposait pas des pièces détachées nécessaires à la maintenance de son propre hélicoptère. Idem à Besançon, qui n'a plus d'appareil en état de vol. Le moindre petit grain de sable et c'est toute une organisation qui se grippe », déplore Fabrice Chrétien.

Il y a une dizaine d'années, les hélicoptères de la Sécurité civile ont connu une série de crashs dramatiques, dans les Pyrénées et en Corse, détruisant trois EC 145 et tuant leurs équipages. « Cela va peut-être vous surprendre, mais ces aéronefs n'ont jamais été remplacés, malgré nos demandes répétées. De 35 appareils, notre flotte est passée à 32 sachant qu'après 800 heures de vol, un hélicoptère doit être désossé pour être entretenu, ce qui le cloue au sol durant plusieurs semaines. Nous sommes plus qu'à flux tendu, nous sommes à l'os », s'émeut le patron du SNPNAC.

La mission de ces hommes ultra-qualifiés, recrutés pour l'essentiel dans les forces armées (aviation légère de l'armée de Terre, armée de l'Air, aéronavale…) est pourtant irremplaçable. Eux seuls sont en mesure d'assurer en un temps toujours compté, de jour ou sous jumelle nocturne, à des plafonds parfois très bas, des missions avec hélitreuillage, en approche de précision, sur des terrains inaccessibles par d'autres moyens. Randonneur immobilisé au fond d'une crevasse dans un canyon ; alpiniste piégé par une avalanche ; marin-pêcheur victime d'un arrêt cardiaque à 150 kilomètres des côtes… L'an dernier, les personnels navigants de la Sécurité civile ont secouru quelque 17 000 personnes, en métropole et en France d'outre-mer. « Nous sommes bien plus que des pilotes. Notre boulot, c'est de pouvoir organiser dans l'urgence des missions difficiles, en mettant sur pied des équipes pluridisciplinaires (sauveteurs, plongeurs, démineurs, médecins…) pour l'assurer le plus efficacement possible », témoigne Fabrice Chrétien, ancien pilote de l'ALAT. « Nous disposons d'un budget annuel de 60 millions d'euros. Imaginez : un euro par Français, ce n'est tout de même pas la mer à boire ! Eh bien malgré tout, nos moyens ne cessent de diminuer. »

Le secrétaire général du SNPNAC l'affirme : « Nous ne sommes pas du genre à nous lamenter sur notre sort et ce n'est pas l'esprit corporatiste qui nous guide. Si je monte aujourd'hui au créneau, c'est parce que la situation est devenue intenable et qu'elle met en péril le service public et la sécurité des Français. »

Mais ce qui fait surtout « grimper dans les tours » les pilotes d'hélicos de l'aviation civile, c'est la « gabegie » à laquelle ils assistent par ailleurs, notamment à l'hôpital public. « De plus en plus d'établissements se dotent d'Héli-Smur et engagent leurs propres appareils sans en référer à quiconque, dans la plus parfaite opacité, sans tenir compte de nos implantations. Prenez le CHU de Rennes : cet hôpital fait désormais appel à un hélicoptère privé pour assurer le transport de ses patients alors que nous disposons de deux appareils à Quimper et Lorient. Montant de la facture adressé l'ARS, et donc au contribuable : 2 millions d'euros par an », s'étrangle Fabrice Chrétien. « Évidemment, quand la mission se complique, on se tourne vers nous », soupire-t-il.

Ces « doublons », cette concurrence qui ne dit pas son nom aboutit à des aberrations, parfois au détriment de la victime. Les équipes de la Sécurité civile ne sont pas près d'oublier ce jour où, après avoir récupéré par hélitreuillage une personne en péril sur la paroi d'une falaise, ils ont été contraints de déposer le blessé dans un champ pour que l'hélicoptère du Smur de Besançon (Doubs) puisse le transporter jusqu'au CHU, selon sa volonté. « Les deux appareils disponibles engagés dans la région ont été mobilisés inutilement sur la même opération. Qu'aurait-on dit si un appel urgent avait été déclenché pendant ce temps ? » interroge Fabrice Chrétien. Il y a deux ans, la même base de la Sécurité civile a été appelée pour venir en aide à un pilote de deltaplane en mauvaise posture dans le Jura. « Nous avons demandé au Samu de Besançon de mobiliser notre équipage ; son patron a refusé, préférant transporter son médecin dans son hélicoptère ». Que dire, encore, de ce jeune Suisse gravement brûlé, débarqué par la Sécurité civile près de Lausanne, sur injonction de la régulation qui souhaitait que la mission soit assurée par un appareil privé suisse (5 000 euros l'heure de vol) ?

La Cour des comptes a déjà pointé ce « pilotage mal organisé » des opérations de secours en vol. Certains parlementaires se sont également penchés sur le recours de plus en plus systématique à des sociétés privées, pour le transport sanitaire héliporté, par des hôpitaux pourtant en proie à des déficits chroniques. « La flotte de l'aviation civile est inutilement concurrencée par les implantations incontrôlées des héli-Smur. L'usage de ces appareils privés, que louent les établissements de santé, devrait être mieux contrôlé pour éviter un important gaspillage des fonds publics », alertait il y a quelques mois, sur les bancs de l'Assemblée, le député (LR) Éric Ciotti.

« Nous ne prétendons pas au monopole. Ce que nous demandons, c'est que notre flotte puisse être renouvelée, que nos bases soient médicalisées et que les doublons soient évités pour ne pas jeter l'argent du contribuable par les fenêtres », exhorte Fabrice Chrétien. Le président du syndical du personnel navigant de l'aéronautique civile propose ainsi que le ministère de l'Intérieur (dont dépend l'aviation civile) et le ministère de la Santé (l'hôpital public) « s'assoient autour de la même table pour proposer un schéma d'organisation cohérent, efficace et soucieux des deniers publics ».


https://www.lepoint.fr/societe/securite ... 989_23.php

_________________
Il vaut mieux se taire et passer pour un con plutôt que de parler et de ne laisser aucun doute à ce sujet . (Pierre Desproges)


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Aider le Site avec PayPal

Ven 09 Aoû 2019 09:25

 Re: Sécurité civile : le SOS des pilotes d'hélicoptères
MessagePosté: Ven 09 Aoû 2019 09:25 
Hors ligne
Principicule de Taxiway
Principicule de Taxiway

Inscription: Lun 29 Oct 2018 14:19
Soutien total! Est-ce que lancer une pétition serait utile?


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Ven 09 Aoû 2019 10:31

 Re: Sécurité civile : le SOS des pilotes d'hélicoptères
MessagePosté: Ven 09 Aoû 2019 10:31 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 29 Juin 2013 17:16
Localisation: Proche LFDH
guest100 Image a écrit:
Soutien total! Est-ce que lancer une pétition serait utile?

Absolument pas.

_________________
"Aéronauticalement"
« Anything that can go wrong, will go wrong » Edward Murphy Jr.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Ven 09 Aoû 2019 10:41

 Re: Sécurité civile : le SOS des pilotes d'hélicoptères
MessagePosté: Ven 09 Aoû 2019 10:41 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 29 Juin 2013 17:16
Localisation: Proche LFDH
Je comprends pas tout.
Ils se plaignent du manque d'appareils, mais ils voudraient que les hôpitaux arrêtent d'utiliser les hélicos de sociétés privées et passent par eux.
Déjà qu'avec l'obligation des bi-turbines il y a moins d'hélicos qu'avant ! On est mal !

_________________
"Aéronauticalement"
« Anything that can go wrong, will go wrong » Edward Murphy Jr.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Ven 09 Aoû 2019 17:03

 Re: Sécurité civile : le SOS des pilotes d'hélicoptères
MessagePosté: Ven 09 Aoû 2019 17:03 
Hors ligne
Principicule de Taxiway
Principicule de Taxiway
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 26 Juil 2012 18:46
Localisation: AYPY
CTYONE Image a écrit:
Je comprends pas tout.
Ils se plaignent du manque d'appareils, mais ils voudraient que les hôpitaux arrêtent d'utiliser les hélicos de sociétés privées et passent par eux.
Déjà qu'avec l'obligation des bi-turbines il y a moins d'hélicos qu'avant ! On est mal !


Salut CTYONE,

Je pense que tu as lu trop vite... :mrgreen:
Ils pointent du doigt que d'un côté l'état (ministère de l'intérieur) leurs réduit les moyens, ne renouvelle pas la flotte et par voie de conséquence ferme des bases et que d'un autre les hôpitaux (ministère de la santé) passent des contrats avec des entreprises privées (du type Babcock) pour un coût largement supérieur à ce que couterai l'utilisation d'appareils de la sécurité civile. De plus les hôpitaux ont chacun leurs propres moyens alors que l'utilisation des appareils de la sécurité civile est mutualisée à une région, un département, donc le coût n'est pas le même pour l'état. Cette différence de coût, ou du moins une partie, pourrait (si les ministères se concertaient) servir justement à maintenir la flotte de la sécurité civile qui par ailleurs effectue des missions que les appareils privés n'effectuent pas...

_________________
Avec un hélicoptère on peut décoller et surtout atterrir à la verticale... Avec un avion c'est plus délicat...


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Ven 09 Aoû 2019 18:27

 Re: Sécurité civile : le SOS des pilotes d'hélicoptères
MessagePosté: Ven 09 Aoû 2019 18:27 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 29 Juin 2013 17:16
Localisation: Proche LFDH
Un rapport intéressant, datant de 2016 : Les hélicoptères de service public
Revue de dépenses

http://www.igas.gouv.fr/IMG/pdf/RD2016_helicopteres.pdf

_________________
"Aéronauticalement"
« Anything that can go wrong, will go wrong » Edward Murphy Jr.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Ven 09 Aoû 2019 19:23

 Re: Sécurité civile : le SOS des pilotes d'hélicoptères
MessagePosté: Ven 09 Aoû 2019 19:23 
Hors ligne
Commandant des Nuages
Commandant des Nuages

Inscription: Mar 29 Jan 2008 12:51
CTYONE a écrit:
Un rapport intéressant, datant de 2016 : Les hélicoptères de service public
Revue de dépenses
Soit 200 millions pour 53 000 heures, ce qui représente 3 773,60 euros de l'heure. Vs 5 000 euros/heure facturés par le privé.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Sam 10 Aoû 2019 08:17

 Re: Sécurité civile : le SOS des pilotes d'hélicoptères
MessagePosté: Sam 10 Aoû 2019 08:17 
Hors ligne
Gonfleur d'Hélice
Gonfleur d'Hélice

Inscription: Mar 17 Jan 2012 14:17
Citation:
Ils pointent du doigt que d'un côté l'état (ministère de l'intérieur) leurs réduit les moyens, ne renouvelle pas la flotte et par voie de conséquence ferme des bases et que d'un autre les hôpitaux (ministère de la santé) passent des contrats avec des entreprises privées (du type Babcock) pour un coût largement supérieur à ce que couterai l'utilisation d'appareils de la sécurité civile.


Ce qui dans les armées s'appelle poliment "externaliser"............. avec les mêmes conséquences: un coût largement supérieur et un service rendu pas toujours à la hauteur! :roll: L'état a des dettes colossales et passe son temps à se tirer des balles dans le pied en vendant ce qui rapporte et en gardant le reste!


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Sam 10 Aoû 2019 10:11

 Re: Sécurité civile : le SOS des pilotes d'hélicoptères
MessagePosté: Sam 10 Aoû 2019 10:11 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 15:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)

_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Sam 10 Aoû 2019 10:56

 Re: Sécurité civile : le SOS des pilotes d'hélicoptères
MessagePosté: Sam 10 Aoû 2019 10:56 
Hors ligne
Gonfleur d'Hélice
Gonfleur d'Hélice

Inscription: Mar 17 Jan 2012 14:17
Allez Iceman, mets-nous la photo où on le voit coincé sous un pont en Martinique! :lol: Enfin je "rigole" mais un peu jaune quand même............ :roll:


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Sam 10 Aoû 2019 11:07

 Re: Sécurité civile : le SOS des pilotes d'hélicoptères
MessagePosté: Sam 10 Aoû 2019 11:07 
Hors ligne
Gonfleur d'Hélice
Gonfleur d'Hélice
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 06 Déc 2007 21:24
Localisation: Un peu absent en rédaction ces derniers temps, mais Big Brother vous regarde ...
Suis retombé là dessus à l’instant.

https://www.midilibre.fr/2014/01/31/les-dragons-menaces,815880.php

Sinon effectivement eolo voici le lien croisé.

http://www.crash-aerien.news/forum/viewtopic.php?p=613278#p613278

:hand:

_________________
L'informatique n'est pas une science exacte, on n'est jamais à l'abri d'un succès...


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Mar 20 Aoû 2019 11:41

 Re: Sécurité civile : le SOS des pilotes d'hélicoptères
MessagePosté: Mar 20 Aoû 2019 11:41 
Hors ligne
Principicule de Taxiway
Principicule de Taxiway

Inscription: Jeu 27 Oct 2016 11:08
Localisation: LE SUD du 34.
Qu'ils manquent de moyen c'est possible mais d'un autre coté le gaspillage est aussi au rendez vous chez eux, je connais au moins une base (et visiblement c'est pas la seule) qui possède deux phares de recherche de nuit ultra puissant alors qu'ils ne se servent même pas du premier, le deuxième est la au cas ou !!!!!!!! c'est neuf, ça n'a jamais servi et bien sur ça vaut une blinde. Comment souligner le professionnalisme de leurs pilotes et pourfendre par un bon coup de couteau dans le dos les pilotes samu surtout quand qu'ils étaient il y a encore peu de temps ensemble dans la même escadrille militaire, quoi penser quand on voit la vidéo de l'opération de treuillage en Martinique ou Guadeloupe (je ne sais plus) et la multitudes d'erreurs commises. Mais attention c'est absolument pas une généralité, il y a des gens formidables et des équipages a la SC qui tout les jours font leur boulot et très bien même. Alors forcement sur les propos de l'article une certaine retenue serait de bon ton surtout après cette démonstration vu sur la vidéo. Quand a ce pilote qui fait cette déclaration, il est l'un des membres dirigent d'un syndicat, ou une branche pilote samu existe et ou de nombreux pilotes samu y sont adhérant, il balance sans aucune vergogne et y fait peser une partie soit disant problématique du système sur les hélico samu en les faisant passer pour des limités par rapport a eux, mais ce qu'il ne dit pas c'est que eux déroge sur presque tout et sont sous régime TA + les JVN, les samu quand a eux sont sous régime TP sans JVN mais de ça il n'en parle pas ! Ceux qu'il oubli de dire c'est que pour une meilleure efficacité un hélico doit être est implanté au sein même de l’hôpital et que comme chaque minute compte dans un secours forcement ce dispositif est jugé beaucoup plus efficace par les samu, visiblement c'est pas le souhait de la SC sur de nombreuses bases de venir se mettre en place a l’hôpital, libre a eux mais ceci a eu comme effet de voir les hélico samu se multiplier.........alors aujourd'hui sortir un article comme celui ci est un non sens car c'est forcement au détriment des patients et blessés a secourir et surtout a lancer une guerre entre les rouge et blanc qui pour moi n'a pas lieu d’être, peu importe la couleur de l’hélico qui intervient ce qui est important c'est la prise en charge du patient ou blessé le plus rapidement possible de la meilleure façon possible.
Toutefois j'ai un profond respect pour beaucoup a la sécurité civile, et j'admire certain secours que probablement je ne serais faire avec autant de maîtrise.
Michel
Pilote samu


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Flux RSS Flux RSS Liste des flux Liste des flux
0 Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO