For quick login in and fast entrance.
M’enregistrer FAQ Connexion 
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 

Sam 02 Fév 2019 19:33

 transfert du fuel
MessagePosté: Sam 02 Fév 2019 19:33 
Hors ligne
Observateur Avisé
Observateur Avisé

Inscription: Dim 13 Sep 2015 16:04
une fonction que j’ignorais (il y en a quelques unes :-)) de l’a380
le transfert automatique du fuel quand celui ci est trop froid:
j’imagine que cela existe sur les autres types d’appareils (y compris des plus anciens)?



  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Aider le Site avec PayPal

Dim 03 Fév 2019 00:12

 Re: transfert du fuel
MessagePosté: Dim 03 Fév 2019 00:12 
Hors ligne
Maréchal de l'Air
Maréchal de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 14 Mai 2012 10:02
Localisation: autour de BSN
A380, je ne connais pas.
Sur des appareils plus anciens (Pourquoi çà me fait drôle d'écrire çà...?), le système de répartition du carburant dans les ailes était du type (Prenons le cas d'un quadriréacteur) "Tank to Engine", 4 réacteurs, 4 réservoirs principaux (Je dis bien dans les ailes, il y en a ailleurs, dans le fuselage et même parfois dans le plan fixe de profondeur). Bien entendu, on peut alimenter n'importe quel réacteur à partir de n'importe lequel des réservoirs principaux, par une sélection très simple au poste par l'équipage.
Des réservoirs additionnels, dit "Réserves" étaient aussi en bout d'aile, naturellement d'une capacité inférieure, et n'étaient utilisables que par transfert commandé depuis le poste, respectivement dans les réservoirs principaux 1 et 4, leurs voisins immédiats.
Et si le carburant est trop froid, il existe des dispositifs de réchauffage carburant.

_________________
Abusus non tollit usum.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Dim 03 Fév 2019 09:44

 Re: transfert du fuel
MessagePosté: Dim 03 Fév 2019 09:44 
Hors ligne
Observateur Avisé
Observateur Avisé

Inscription: Dim 13 Sep 2015 16:04
merci Valmy
dans les appareils plus anciens :-) , l’OMN surveillait la temperature du fuel et il y avait une alarme quelconque qui s’alumait/retentissait si elle etait trop froide? et l’omn commandait alors la rechauffe du carburant?
autre question: où se situe le reservoir central? a la jonction aile/fuselage?
Merci!


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Dim 03 Fév 2019 12:37

 Re: transfert du fuel
MessagePosté: Dim 03 Fév 2019 12:37 
Hors ligne
Maréchal de l'Air
Maréchal de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 14 Mai 2012 10:02
Localisation: autour de BSN
Courtial a écrit:
merci Valmy
dans les appareils plus anciens :-) , l’OMN surveillait la temperature du fuel et il y avait une alarme quelconque qui s’alumait/retentissait si elle etait trop froide? et l’omn commandait alors la rechauffe du carburant?
autre question: où se situe le reservoir central? a la jonction aile/fuselage?
Merci!

Prenons les cas des Boeing (707 et 747 pour rester dans les longs courriers, et je peux même ajouter le DC-10). Sur 707, oui l'OMN faisait ce qu'il fallait. Une alarme visuelle était disponible pour signaler un colmatage de l'un des filtres (Par les inévitables cristaux de glace pouvant être contenus dans le carburant. A noter que l'alimentation en carburant était bien entendu assurée via in dispositif "By-Pass"). Il actionnait alors un interrupteur afin d'ouvrir une vanne "Réchauffage carburant".
Sur 747, du moins jusqu'au -300) un indicateur a sélection multiples au panneau OMN (Les 4 GTR plus le réservoir 1) renseigne sur la température du carburant. Ce dernier est réchauffé au niveau du réacteur par échange de T° avec l'huile et un "servo heater" finissait le travail avant que le carburant n'entre dans le MEC (Main Engine Control). Bien entendu les alarmes décrites plus haut sont également disponibles.
Sur le 747-400, toutes les alarmes sont visualisables directement sur les écrans, avec des codes de couleur adaptés à l'urgence. Par ailleurs, les mêmes dispositifs de protection sont naturellement existants.

Les réservoirs centraux sont effectivement situés à la jonction aille/fuselage, entre l'arrière de la soute avant et l'avant de la soute arrière.

_________________
Abusus non tollit usum.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Dim 03 Fév 2019 13:30

 Re: transfert du fuel
MessagePosté: Dim 03 Fév 2019 13:30 
Hors ligne
Amiral de l'Air
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 03 Juin 2009 15:15
Localisation: Près de Morlaix-Ploujean (LFRU)
On en a déjà parler ici, mais le carburéacteur est très sensible à l'eau ou simplement l'humidité de l'air (Stockage ou transport en pays tropicaux notamment). Dès sa fabrication, son pouvoir à ne pas absorber l'eau est contrôlé (Qualité du produit) afin d'éviter tous problèmes en vol lors de conditions de t° extrêmes. Le carburéacteur est un produit assez fragile, il faut en prendre soin tout au long de sa chaîne de distribution. Il est également sensible aux bactéries comme son frère le gasoil.

C'est bien résumé ici dans cet extrait de Wiki (en):

Citation:
Eau dans le carburéacteur.

Il est très important que le carburéacteur soit exempt de contamination par l' eau . Pendant le vol, la température du carburant dans les réservoirs diminue, en raison des basses températures dans la haute atmosphère . Cela provoque la précipitation de l'eau dissoute du carburant. L'eau séparée tombe ensuite au fond du réservoir, car elle est plus dense que le carburant. Puisque l'eau n'est plus en solution, elle peut former des gouttelettes pouvant refroidir à une température inférieure à 0 ° C. Si ces gouttelettes en surfusion entrent en collision avec une surface, elles peuvent geler et provoquer l’obstruction des tuyaux d’entrée de carburant. Telle était la cause de l'accident du vol 38 de British Airways.

Retirer toute l’eau du carburant n’est pas pratique; par conséquent, les appareils de chauffage à carburant sont généralement utilisés sur les avions commerciaux pour empêcher le gel de l'eau contenue dans le carburant.

Il existe plusieurs méthodes pour détecter la présence d'eau dans le carburéacteur. Un contrôle visuel peut détecter de fortes concentrations d’eau en suspension, ce qui rendrait le carburant trouble en apparence. Un test chimique standard de l'industrie pour la détection de l'eau libre dans le carburéacteur utilise un tampon de filtre sensible à l'eau qui passe au vert si le carburant dépasse la limite spécifiée de 30 ppm (parties par million) d'eau libre. Un test critique permettant d’évaluer la capacité du carburéacteur à libérer de l’eau émulsionnée lorsqu’il est passé à travers des filtres de coalescence est la méthode d’essai standard D3948 de la norme ASTM pour la détermination des caractéristiques de séparation des carburants d’avion par des séparateurs portables.


Citation:

La formation de glace dans les systèmes de carburant des aéronefs est un problème récurrent aux conséquences potentiellement désastreuses. Malheureusement, le givrage des systèmes d'alimentation en carburant est mal compris. Il est bien connu qu’à des températures inférieures à 0 ° C, des particules d’H 2 O en suspension dans le carburant peuvent exister sous forme de glace cristalline ou d’eau surfondue métastable. Dans cet article, nous montrons que des gouttelettes de la taille d'un micron immergées dans du carburant d'aviation Jet A-1 peuvent exister dans un état de surfusion métastable à environ -36 ° C. En fait, la majorité des gouttelettes de nos expériences ont gelé de manière homogène, ce qui montre que le carburant lui-même ne catalyse pas la formation de glace. Nous suggérons que les particules d'H 2 O restent à l' état liquide en surfusion jusqu’à ce qu’ils entrent en contact avec une surface solide appropriée dans le circuit carburant de l’aéronef ou que la température tombe au-dessous de la limite de gel homogène.

https://www.sciencedirect.com/science/a ... via%3Dihub


Les causes de l'accident du vol 38, en 2008, un Boeing 777.

Citation:
En approchant de Londres (Heathrow) en provenance de Beijing, en Chine, à 720 pieds agl, le moteur droit du G-YMMM a cessé de répondre aux commandes d'auto-manette pour augmenter la puissance et a été réduit à 1,03. Sept secondes plus tard, la puissance du moteur gauche était réduite à 1,02 EPR. Cette réduction a entraîné une perte de vitesse et l’appareil a atterri à quelque 330 m de la surface asphaltée de la piste 27L à London Heathrow. L'enquête a révélé que la réduction de la poussée était due à la limitation du débit de carburant des deux moteurs.
Il a été déterminé que cette restriction s’était produite sur le moteur droit à son FOHE. Pour le moteur gauche, l’enquête a conclu que la restriction s’opposait le plus probablement à son FOHE. Toutefois, en raison des limites des données enregistrées disponibles, il n’a pas été possible d’éliminer totalement la possibilité d’une restriction ailleurs dans le circuit de carburant, bien que les activités de test et d’extraction de données menées dans le cadre de la présente enquête donnent à penser que cela était très peu probable. De plus, la probabilité qu'un mécanisme de restriction séparé se produise dans les sept secondes suivant celui du moteur droit a été jugée très faible.
L'enquête a identifié les facteurs de causalité probables suivants qui ont conduit aux restrictions de débit de carburant:
1) La glace accumulée dans le système d'alimentation en carburant s'est libérée, ce qui a entraîné une restriction du débit de carburant du moteur à la surface du FOHE, sur les deux moteurs.
2) De la glace s’était formée dans le système carburant, à la suite d’eau naturellement présente dans le carburant, alors que l’avion fonctionnait avec un faible débit de carburant sur une longue période et que la température localisée du carburant se situait dans une zone décrite comme la «plage collante».
3) Le FOHE, bien que conforme aux exigences de certification applicables, s'est révélé vulnérable aux restrictions lorsqu'il est présenté avec de la glace molle à une concentration élevée, avec une température de carburant inférieure à -10 ° C et un débit de carburant supérieur au ralenti en vol.
4) Les exigences de certification, auxquelles les systèmes carburant de l'aéronef et du moteur devaient se conformer, ne tenaient pas compte de ce phénomène, car le risque n'était pas reconnu à ce moment-là.

https://reports.aviation-safety.net/200 ... G-YMMM.pdf



Ce rapport est intéressant. Les conditions de formations de glace ont été reproduites en laboratoire pour l’enquête.
Quelques schémas du système de carburant du Boeing 777 tirés du rapport:

Image

Image

Image

Image

Image

Citation:

1.18.4 Réchauffeurs de carburant.

Les réchauffeurs de carburant ont été introduits à l'origine sur la première génération d'aéronefs à réaction afin d'empêcher le givrage de carburant. Celles-ci utilisaient généralement l'air de purge des moteurs pour chauffer le carburant via un échangeur de chaleur et étaient généralement situées sur le longeron ou dans la zone du pylône du moteur. Les générations d’avions suivantes ont utilisé l’huile de moteur comme moyen de chauffage, car la taille du moteur et la conception de l’échangeur de chaleur avaient atteint un point tel que l’huile pouvait chauffer suffisamment le carburant pour empêcher le givrage des composants sensibles en aval. Il est maintenant courant que les gros turboréacteurs soient équipés d'un FOHE au moteur à cet effet. Cependant, les petits moteurs à turboréacteur, tels que ceux des jets d'affaires, ne disposent pas de la capacité thermique de leur FOHE pour chauffer le carburant de manière adéquate; par conséquent, ils utilisent les FSII comme moyen alternatif de prévention du givrage.

1.18.5 Inhibiteur de givrage du circuit de carburant (FSII)

L’inhibiteur de givrage du système de carburant (FSII) est un additif pour carburant qui, utilisé à des concentrations de 0,10% à 0,15% en volume, peut empêcher la formation de glace d'eau jusqu'à une température de -40 ° C. Les FSII ne sont efficaces que sur les eaux non dissoutes (entraînées et libres) et, comme elles sont environ 500 fois plus solubles dans l'eau que les carburants, elles migreront dans les eaux non dissoutes et abaisseront leur point de congélation. Le mélange d’eau et de FSII a une densité similaire à celle de l’eau et sera consommé par les moteurs ou retiré lors de la vidange de routine des puisards du réservoir de carburant. Les FSII ne sont pas couramment utilisés dans les grands avions de transport passager et n'ont pas été détectés dans les échantillons de carburant prélevés dans G-YMMM. Toutefois, le carburant turbodiesel contenant du FSII est utilisé depuis environ 50 ans par la Royal Air Force, la US Air Force et d'autres forces militaires. L'additif a été introduit à la suite de l'accident du Boeing B52 lorsque le givrage du filtre à carburant du moteur a entraîné une limitation du débit de carburant, ainsi que des retours en arrière et des flammes. Le FSII est également utilisé comme solution de remplacement du chauffage au carburant dans de nombreux petits avions à réaction civils. L'additif est approuvé pour le Boeing 777 et la FAA a fourni des informations sur son utilisation dans les aéronefs par le biais de la circulaire d'information n ° 20-29B.

1.18.6.2 Système d'alimentation en carburant de l'avion

Le système d'alimentation en carburant de l'avion était certifié conformément à la FAR, Partie 25, Chapitre 25.951 à Chapitre 25.999. Ces réglementations stipulent que: «Chaque système de carburant doit être construit… pour assurer un débit de carburant…. pour un moteur correct… fonctionnant dans toutes les conditions de fonctionnement probables '' Chaque système d'alimentation en carburant pour un moteur à turbine doit pouvoir fonctionner de manière continue dans toute la plage de débits et de pressions, avec un carburant initialement saturé en eau à 80°F (26,6 °c) et ayant 0,75 cc d'eau libre. par gallon (200 ppm) ajouté et refroidi à la condition la plus critique pour le givrage susceptible de se produire en exploitation. '


_________________
Image


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Dim 03 Fév 2019 14:22

 Re: transfert du fuel
MessagePosté: Dim 03 Fév 2019 14:22 
Hors ligne
Observateur Avisé
Observateur Avisé

Inscription: Dim 13 Sep 2015 16:04
un grand merci a vous deux, super intéressant !!


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Dim 03 Fév 2019 18:09

 Re: transfert du fuel
MessagePosté: Dim 03 Fév 2019 18:09 
Hors ligne
Pilote de Funiculaire
Pilote de Funiculaire

Inscription: Lun 11 Déc 2017 10:01
Courtial a écrit:
une fonction que j’ignorais (il y en a quelques unes :-)) de l’a380
le transfert automatique du fuel quand celui ci est trop froid:
j’imagine que cela existe sur les autres types d’appareils ...

J'ignorais également , ce transfert automatique sur l'A380... Cela n'existe pas sur la génération précédente des Airbus famille A320, A330 et A340.
Sur A330 et A340 si la température des réservoirs internes (INR TK) passe sous -37°C (A330) ou -35°C (A340) ou si la température des réservoirs externes (OUTR TK) passe sous -40°C, une alarme ECAM FUEL FUEL LO TEMP est générée. Une action équipage sera nécessaire seulement si les réservoirs contiennent du JET A. A savoir transfert du carburant du réservoir central ( CTR TK) ,des OUTR TK ou du TRIM TK, selon le cas, vers les INR TK, commandée par l'équipage selon la procédure ECAM.
Pour les autres carburants ( le JET A1 est le plus communément utilisé) aucune action équipage ne sera nécessaire, et l'alarme sera automatiquement rappelée quand la température atteint -44°C INR TK (A330) ,-42°C INR TK (A340) ou -47°C OUTR TK OU TRIM TK .
C'est un avertissement à l'équipage qui doit envisager d'augmenter la TAT en descendant à une altitude inférieure et/ou en augmentant le MACH, pour rester dans les limites appropriées au type de carburant.
Il n'y a pas, de transfert automatique ... ou de réchauffe de carburant ( additionnelle au système normal. Cf Iceman ci-dessus) ) commandée par l'équipage.


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  

Dim 03 Fév 2019 23:19

 Re: transfert du fuel
MessagePosté: Dim 03 Fév 2019 23:19 
Hors ligne
Observateur Avisé
Observateur Avisé

Inscription: Dim 13 Sep 2015 16:04
merci M092!


  
home Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Flux RSS Flux RSS Liste des flux Liste des flux
0 Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO